Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

JORDAN PHILIPPE (1974- )

Philippe Jordan naît à Zurich le 18 octobre 1974. Sa mère est ballerine et son père, Armin Jordan (1932-2006), conduit en Suisse une active et brillante carrière de chef d’orchestre – à la tête de l’Opéra de Bâle (1969-1989), de l’Orchestre de chambre de Lausanne (1973-1985) et de l’Orchestre de la Suisse romande (1985-1997) – qui l’amène à se faire reconnaître au-delà des frontières helvétiques. Dans le sillage des activités paternelles, l’enfant s’immerge très tôt dans un permanent bain musical. À six ans, il prend de premières leçons de piano. Il rejoint une chorale d’enfants, le Zürcher Sängerknaben Chor, ce qui lui permet de chanter la partie du Premier Garçon dans La Flûte enchantée de Mozart, montée à l’opéra de sa ville natale. À l’âge de onze ans, il commence à pratiquer le violon et travaille le piano avec Boris Mersson. En 1990, il entre au conservatoire de Zurich où il se forme auprès du compositeur Hans Ulrich Lehmann. Dès sa sortie de l’institution – nanti d’un diplôme de professeur de piano avec mention –, il découvre la direction musicale comme assistant de Jeffrey Tate qui dirige en 1994, à Paris au théâtre du Châtelet, le Ring de Richard Wagner.

Sous le signe de Wagner

Philippe Jordan - crédits : Marion Kalter/ AKG-images

Philippe Jordan

Dès ses débuts, Philippe Jordan quitte la Suisse, se tient à l’écart du répertoire et des scènes fréquentées par son père. Il va se doter patiemment, « à l’ancienne », d’une solide formation dans les fosses d’orchestre allemandes : chef permanent à l’Opéra d’Ulm (1994-1998) – où officia en son temps le jeune Herbert von Karajan –, assistant de Daniel Barenboim à l’Opéra d’État de Berlin (1998-2001) – il y sera le principal chef invité entre 2006 et 2010 –, puis chef principal à l’Opéra de Graz, en Autriche (2001-2004). Sa réputation franchit très vite les limites du monde germanique. Il est appelé par les plus grandes maisons d’opéra du vieux continent : Bruxelles, Genève, Glyndebourne, Vienne, Aix-en-Provence, Londres, Salzbourg, Paris. Pour la première fois en 2002, il se produit au Metropolitan Opera de New York, remplaçant au pied levé son père souffrant dans La Chauve-Souris de Johann Strauss. Ce wagnérien confirmé monte son premier Ring complet à Zurich en 2008 et se produit à Bayreuth en 2012 avec Parsifal. Directeur musical de l’Opéra de Paris depuis 2009, il y dirige de nombreuses productions et prestations purement symphoniques. En 2014, il prend les commandes de l’Orchestre symphonique de Vienne et en 2020 la direction artistique de l’Opéra de Vienne.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Pierre BRETON. JORDAN PHILIPPE (1974- ) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

Philippe Jordan - crédits : Marion Kalter/ AKG-images

Philippe Jordan

Voir aussi