MONTE PHILIPPE DE (1521-1603)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Compositeur flamand, né en 1521 à Mechlin, aux Pays-Bas (auj. Mechelen – Malines –, en Belgique), mort le 4 juillet 1603 à Prague, Philippe de Monte (Filippo di Monte), réputé pour ses pièces sacrées et ses madrigaux, est l'un des plus illustres membres de l'école dite franco-flamande, qui domina la musique de la Renaissance.

On ne sait pratiquement rien de sa vie avant 1542, date à laquelle il est précepteur des enfants du banquier génois Domenico Pinelli, à Naples. En 1554, il publie à Rome un premier livre de madrigaux, à 5 voix. En 1554 et 1555, la présence de Philippe de Monte est attestée à Londres, où il appartient à la Chapelle de Philippe II d'Espagne – époux de Marie Tudor – à la cour d'Angleterre ; il s'y lie d'amitié avec Thomas Byrd, père de William Byrd, avec qui il correspondra ultérieurement. Il regagne ensuite l'Italie, où il est peut-être au service du cardinal Flavio Orsini, à Naples. En 1568, il succède à Jacobus Vaet comme Kapellmeister de la cour impériale des Habsbourg, à Vienne, sous Maximilien II, et à Prague, sous Rodolphe II, poste qu'il occupera pendant trente-cinq ans, jusqu'à sa mort.

Compositeur prolifique, à la technique parfaitement maîtrisée mais relativement conventionnelle, Philippe de Monte excelle dans les contrastes subtils de rythmes, l'élaboration de longues lignes mélodiques, l'alternance de groupes de voix, le mélange savant de polyphonie, de pseudo-polyphonie et d'homophonie. Ses 38 messes – pour la plupart des messes parodies, c'est-à-dire des adaptations de modèles existants – et les quelque 250 motets qui nous sont parvenus soutiennent la comparaison avec les œuvres de Palestrina. Philippe de Monte, l'un des derniers maîtres « néerlandais » du madrigal italien, publiera 42 recueils contenant plus de 1 200 madrigaux.

—  Universalis

Classification

Les derniers événements

France – Union européenne. Courte victoire du oui au référendum autorisant la ratification du traité de Maastricht. 3-23 septembre 1992

de l'État. Parmi les partisans du non figurent Charles Pasqua et Philippe Séguin au R.P.R., Philippe de Villiers à l'U.D.F., le Front national, mais aussi Jean-Pierre Chevènement au P.S., le Parti communiste et une partie de l'extrême gauche et des écologistes. Décriés par certains de leurs […] Lire la suite

Pour citer l’article

« MONTE PHILIPPE DE - (1521-1603) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-de-monte/