CHESTERFIELD PHILIP DORMER STANHOPE comte de (1694-1773)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lord Chesterfield fut un homme considérable sous les règnes de George Ier (1714-1727) et de George II (1727-1760). À peine majeur, peu après la mort de la reine Anne, le voici membre du Parlement, whig déterminé. Il devient l'ami des grands du monde littéraire, Pope, Swift, Addison, Arbuthnot, et avec eux contribue à donner du prestige à l'essai politique et littéraire qui est une des gloires modestes de l'Angleterre de son époque. À la mort de son père (1726), il lui succède dans le titre, et siège à la Chambre des lords. L'avancement ne lui fut pas difficile. Cultivé, courtois, de bonnes mœurs, excellent orateur (ses discours à la Chambre des lords sont très remarqués), après avoir été ambassadeur à La Haye (1728-1732), il devint ministre dans le cabinet Pelham (1745) — ministère de conciliation, où les whigs laissèrent quelques places aux tories — et il occupa un temps le poste difficile de lord-lieutenant d'Irlande, où il pratiqua une politique d'apaisement. Une fâcheuse aventure sentimentale, son amitié avec Mrs. Howard, la future comtesse de Suffolk, maîtresse du prince de Galles, lui valut plus tard l'hostilité de la reine Caroline, et lord Chesterfield ne put jamais atteindre les sommets de la vie politique. Cependant il fut encore secrétaire d'État dans le ministère Newcastle (1746-1748), et fit, en 1751, adopter le calendrier grégorien, que son pays avait jusqu'alors ignoré (la décision entra en vigueur l'année suivante). Il mit en quelque sorte l'Angleterre à l'heure de l'Europe. Et puis, comme Candide, en parfait gentleman, il se retira pour cultiver son jardin. Aimable jusqu'à sa dernière heure, on raconte que ses derniers mots furent : « Donnez une chaise à Dayrolles », un ami venu lui rendre visite à son lit de mort.

Il eut la carrière exemplaire d'un aristocrate anglais du siècle des Lumières, ami des arts et des lettres, qui se tenait loin des excès et faisait confiance à la raison et au cœur. Il n'aurait guère émergé de la scène [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : doyen honoraire de la faculté des lettres et sciences humaines d'Aix-en-Provence

Classification

Pour citer l’article

Henri FLUCHÈRE, « CHESTERFIELD PHILIP DORMER STANHOPE comte de (1694-1773) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/philip-chesterfield/