PÉRIDOTS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Conditions de gisements

Dans les roches ultrabasiques, on trouve des olivines très magnésiennes (de 10 à 15 p. 100 de fayalite), remarquablement voisines de celles des météorites. On observe fréquemment dans les olivines des péridotites profondes une structure lamellaire, qui prend parfois les caractères de véritables macles mécaniques. Ce critère peut permettre de distinguer, dans les basaltes, les cristaux arrachés au manteau de ceux qui résultent de la cristallisation propre du magma, dont les compositions sont d'ailleurs en général plus riches en fer (de 20 à 50 p. 100 de fayalite). Les olivines des roches volcaniques ont tendance à être zonées, avec un noyau plus magnésien, conformément aux courbes de cristallisation, mais le plus souvent les variations sont minimes en raison des faibles écarts de température qui séparent le solidus et le liquidus des basaltes. La fayalite n'est connue que dans les roches alcalines sodiques ; elle voisine avec le quartz dans certains granites ou rhyolites.

La forstérite apparaît dans le métamorphisme intense des dolomies siliceuses, suivant la réaction :

La fayalite se développe d'une manière analogue dans des niveaux riches en fer (latérites), ainsi que les péridots manganifères ou plombifères dans d'anciens minerais de ces éléments. Dans l'évolution des roches basiques, les olivines réagissent avec les plagioclases en s'entourant de couronnes successives de pyroxènes, puis d'amphiboles, associées ou non à des grenats. La monticellite est surtout caractéristique de certains skarns.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Médias de l’article

Forstérite : structure

Forstérite : structure
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Olivines : propriétés physiques

Olivines : propriétés physiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Forstérite-fayalite : diagramme d'équilibre

Forstérite-fayalite : diagramme d'équilibre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin





Écrit par :

  • : professeur de géologie à l'université de Bretagne-Occidentale, Brest

Classification


Autres références

«  PÉRIDOTS  » est également traité dans :

DAUBRÉE GABRIEL AUGUSTE (1814-1896)

  • Écrit par 
  • Myriam COHEN
  •  • 787 mots

Géologue français né à Metz et mort à Paris. Après la soutenance de sa thèse ( Phénomènes calorifiques du globe terrestre ), Gabriel Daubrée enseigne la géologie à la faculté des sciences à Strasbourg. Ses premières recherches portent surtout sur des problèmes de métallogénie. La deuxième édition du Voyage métallurgique en Angleterre , de Dufrenoy et Élie de Beaumont, reprend des extraits de son i […] Lire la suite

GEMMES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul POIROT, 
  • Henri-Jean SCHUBNEL
  •  • 6 256 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Silicates autres que les béryls »  : […] Le péridot est très anciennement connu. On y distingue trois nuances de vert : vert-jaune à jaune-vert (chrysolite) ; vert olive (olivine) ; vert mousse (péridot stricto sensu ). Ce minéral existe dans les roches ultrabasiques (Égypte, Birmanie). La famille des grenats donne plusieurs gemmes : le pyrope , rouge violacé, qu'on rencontre dans des roches ultrabasiques (Afrique du Sud, Bohême) ; l' […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Paul CARRON, « PÉRIDOTS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/peridots/