PÉDOPHILIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Étymologie et mythologie

Le terme pédophilie est d'un emploi relativement récent. Il nous vient de la terminologie psychiatrique de la fin du xixe siècle. C'est un néologisme formé de l'alliance de deux racines grecques : pais, paidos, signifiant « enfant » et philein, « aimer d'amitié ». Étymologiquement, l'acception de pédophile est entendue comme signifiant « celui qui aime les enfants ». Le terme philia n'ayant aucune connotation sexuelle en grec, il n'était pas des plus judicieux de le retenir pour caractériser une pulsion libidinale conduisant, dans les cas les plus graves, à un passage à l'acte, avec ou sans violence.

Il importe de bien différencier cette notion moderne de pédophilie de la notion antique de pédérastie. Ce dernier terme, formé à partir de la même première racine et de erastês, « amoureux », dérivé de erân (désirer sexuellement), signifie spécifiquement dans l'Antiquité le désir amoureux de l'homme adulte pour un jeune garçon. C'est par un abus de langage que, au xixe siècle, le terme pédérastie fut pris pour équivalent du mot homosexualité. Ce dernier, apparu au milieu du siècle, désigne l'appétence d'un sujet – masculin ou féminin – pour des personnes de son sexe. Il n'est alors question que de relations entre adultes consentants.

La pédérastie comme relation initiatique est une pratique que l'on retrouve dans les plus anciennes sociétés (Papous, Aborigènes) et sur tous les continents (Polynésie, Chine, Japon, Crète, Grèce).

Dans la tradition mythologique grecque, l'amour des jeunes garçons possède une double valence. Côté séduction, c'est le mythe du jeune Ganymède, à peine adolescent, dont l'extrême beauté avait charmé le plus puissant des dieux de l'Olympe, Zeus. Ce dernier aurait pris la forme d'un aigle pour enlever le jeune mortel. Devenu sur l'Olympe son amant, Zeus en fit son échanson. À côté de cette face lumineuse, il y a une face sombre de l'amour des enfants, beaucoup plus [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : docteur en psychologie clinique, psychanalyste, chargé d'enseignement, université de Grenoble-II

Classification


Autres références

«  PÉDOPHILIE  » est également traité dans :

GRÂCE À DIEU (F. Ozon)

  • Écrit par 
  • Colette MILON
  •  • 1 152 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une fiction documentaire »  : […] Si, avec Jeune et jolie , il avait abordé un sujet de société, la prostitution estudiantine, François Ozon s’attaque cette fois à un sujet brûlant, celui de la pédophilie dans l’Église , et puise dans l’histoire immédiate. Avec un souci documentaire marqué, il reconstitue la révélation de l’affaire Preynat et de son corollaire, l’affaire Barbarin. Prêtre du diocèse de Lyon, B […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grace-a-dieu-f-ozon/#i_98596

PSYCHIATRIE

  • Écrit par 
  • Jean AYME, 
  • François CAROLI, 
  • Georges LANTERI-LAURA, 
  • Jean-Michel THURIN
  •  • 17 779 mots

Dans le chapitre « La psychiatrie moderne »  : […] La période de la psychiatrie moderne commence de façon conventionnelle avec le congrès de Genève-Lausanne, en 1926, où Eugen Bleuler expose en français sa conception de la schizophrénie, pour s'achever à la mort d'Henri Ey (1900-1977). Elle est marquée par certaines influences importantes qui vont réorienter la psychiatrie, par un développement de son champ, par des innovations institutionnelles e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychiatrie/#i_98596

Voir aussi

Pour citer l’article

André CIAVALDINI, « PÉDOPHILIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pedophilie/