ÉLY PAUL (1897-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Salonique, Paul Romuald Ély, saint-cyrien, est officier d'infanterie à la fin de la Première Guerre mondiale. En 1939, breveté de l'École de guerre, il appartient au 4e bureau du grand quartier général ; il sera gravement blessé au bras droit en 1940. En 1941, il commande le 10e bataillon de chasseurs dans l'armée d'armistice. En 1942, lorsque les Allemands occupent la « zone libre » il entre dans l'organisation de résistance de l'armée (O.R.A.). En juillet 1943, il est chef adjoint de l'O.R.A. en zone sud et effectue des missions clandestines à Londres et à Alger.

Rentré en France en avril 1944, il est nommé délégué militaire national. Mais il s'incline devant un jeune homme que les imbroglios de l'époque ont chargé de la même mission : Jacques Chaban-Delmas. À la Libération, encadrer, démobiliser la masse des Forces françaises de l'intérieur est une tâche délicate : le général Ély devient directeur adjoint des F.F.I. au ministère de la Guerre, puis directeur de l'infanterie et, à la fin de 1945, directeur du cabinet militaire d'Edmond Michelet, ministre des Armées.

Commandant de la région militaire de Dijon, chef d'état-major du général de Lattre, il est inspecteur général de l'armée pendant quelques mois avant d'entrer, en 1949, dans les états-majors occidentaux. Il dirige la délégation française au comité militaire permanent de l'Union occidentale à Londres. Il se rend ensuite à Washington au comité militaire permanent puis au standing group de l'O.T.A.N. C'est un poste clé et il y sera fort apprécié et écouté.

En 1953, il revient en France pour occuper les fonctions les plus élevées de la hiérarchie militaire française, mais aussi, du fait des rivalités des grands chefs et des tensions avec le pouvoir civil, les plus difficiles : chef d'état-major général des forces armées.

L'année suivante, le général Ély accepte d'être le « liquidateur » de l'Indochine française en devenant commissaire général et commandant en chef en Indochine. Il passe deux ans au milieu des intrigues et des [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean PLANCHAIS, « ÉLY PAUL - (1897-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-ely/