GRACE PATRICIA (1937- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'écrivain néo-zélandais Patricia Grace fut une figure fondatrice de la fiction maorie. Son œuvre est reconnue pour ses descriptions de la culture maorie en général et de sa richesse. Patricia Grace est ainsi parvenue à donner toute sa place à sa culture et à exprimer au monde extérieur ce qu'était l'essence même de ce peuple. Ses récits sur la vie des Maoris sont lus par un grand public, en particulier dans les écoles grâce aux efforts que déploient désormais les institutions néo-zélandaises pour encourager l'étude de la littérature maorie.

Née le 17 août 1937 à Wellington, dans l'île du Nord, d'un père maori et d'une mère européenne, Patricia Grace, de son vrai nom Patricia Frances Gunson, s'identifie à la culture de ses ancêtres paternels et est affiliée aux iwi (tribus) Ngati Toa, Ngati Raukawa et Te Ati Awa. Elle étudie au Teachers' Training College et à l'université Victoria de sa ville natale, puis commence à enseigner l'anglais en tant que langue seconde. Tandis qu'elle mène de front sa carrière professionnelle et l'éducation de ses sept enfants, Patricia Grace participe à un atelier d'écriture et publie quelques nouvelles. Son premier recueil, Waiariki and Other Stories (1975), est l'un des premiers ouvrages publiés par un auteur maori. Présentant une multiplicité de voix maories qui révèlent de nombreux aspects de la vie de ce peuple et des difficultés qu'il rencontre, le livre est récompensé par le PEN/Hubert Church Award du meilleur premier ouvrage de fiction. Patricia Grace poursuit avec un roman, Mutuwhenua : The Moon Sleeps (1978), qui relate la vie de couple d'une Maorie et d'un Pakeha (Néo-Zélandais de souche européenne).

L'écrivain publie ensuite un recueil de nouvelles, The Dream Sleepers and Other Stories (1980), avant de se tourner vers la littérature de jeunesse. Elle collabore ainsi à l'album The Kuia and the Spider (1981) illustré par l'artiste maorie Robyn Kahukiwa, qui évoque un concours de tissage entre une vieille femme (kuia) et une araignée. Cette collaboration se poursuit avec deux autres ouvrages : Wahine Toa : Women of Maori Myth (19 [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GRACE PATRICIA (1937- )  » est également traité dans :

NOUVELLE-ZÉLANDE

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET, 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE
  •  • 12 861 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le Maori dans la littérature néo-zélandaise »  : […] Depuis le xx e  siècle, les Maoris occupent une part importante dans l'imaginaire néo-zélandais. Les « bons sauvages » de William Satchell (1860-1942) dans The Greenstone Door (1914) cèdent la place à une vision moins paternaliste dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle-zelande/#i_28975

POSTCOLONIALES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 8 468 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La recherche d'esthétiques plurielles »  : […] En marge des oppositions binaires, certains écrivains postcoloniaux tentent d'élaborer des esthétiques novatrices. Parfois la confrontation s'impose encore pour des raisons historiques : ainsi, en Nouvelle-Zélande, les romanciers maoris Witi Ihimaera, l'auteur de Tangi (1973 ; Tangi , 1988), et Patricia Grace s'élèvent-ils contre une utilisation perver […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-postcoloniales/#i_28975

Pour citer l’article

Kathleen KUIPER, « GRACE PATRICIA (1937- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/patricia-grace/