YOSSEF OVADIA (1920-2013)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chef religieux et homme politique israélien, Ovadia Yossef fut le leader spirituel des juifs séfarades d’Israël. Il fut notamment le grand rabbin séfarade de Tel-Aviv, de 1968 à 1972, puis d’Israël, de 1973 à 1983. Il participa par ailleurs à la fondation du parti politique ultra-orthodoxe Shass, créé en 1984, pour représenter les intérêts des Israéliens originaires des communautés juives de la péninsule Ibérique, du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Le Shass devint l’une des principales formations politiques d’Israël, et Ovadia Yossef exerça dès lors une influence considérable sur le choix des Premiers ministres en statuant sur la participation de son parti aux coalitions successives.

Ovadia Yossef naît le 23 septembre 1920 sous le nom d’Abdallah Youssef, à Bagdad (Irak). Nommé rabbin à l’âge de vingt ans, il devient juge dans un tribunal religieux, dans un premier temps à Jérusalem, puis au Caire de 1947 à 1950, avant de rejoindre le tout nouvel État d’Israël. Il rend au début de sa carrière des décisions jugées clémentes et libérales : il autorise ainsi des femmes à se remarier alors que le corps de leur mari, disparu pendant la guerre du Kippour, n’a pas été retrouvé. Il déclare notamment qu’Israël devrait donner des terres aux Palestiniens en échange d’un accord de paix durable. Cependant, il se fait par la suite remarquer par ses jugements sévères à l’encontre des homosexuels et de ses adversaires politiques.

Écrivain prolifique, Yossef publie son premier ouvrage à l’âge de dix-huit ans et remporte en 1970 le prix Israël de littérature rabbinique. Il meurt le 7 octobre 2013, à Jérusalem.

—  Universalis

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page


Les derniers événements

5 août 2000 Israël. Propos controversés du chef spirituel du Shass sur la Shoah

Le rabbin Ovadia Yossef, chef spirituel du parti Shass, formation ultra-orthodoxe, déclare, dans son sermon hebdomadaire diffusé sur son réseau de télévision privé, que « les six millions de malheureux juifs que les nazis ont tués ne l'ont pas été gratuitement. Ils étaient la réincarnation des âmes qui ont péché et ont fait des choses qu'il ne fallait pas faire ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

« YOSSEF OVADIA - (1920-2013) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ovadia-yossef/