OUVRIER-PAYSAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'irruption des manufactures, puis des usines, à partir de la seconde moitié du xviiie siècle, mais surtout au xixe siècle, rompit fondamentalement la symbiose millénaire entre la ville et la campagne. L'industrie tentaculaire, dévoreuse de main-d'œuvre, suscita de grosses concentrations ouvrières, captant un sous-prolétariat rural abondant et bon marché. Elle imposa de lourds horaires de travail, exigea une présence régulière et, par là même, accéléra l'exode rural en façonnant de plus en plus une classe ouvrière déracinée à genre de vie uniquement industriel.

Dans les campagnes européennes toutefois, les petites villes et les centres urbains moyens, l'essentiel des effectifs employés par l'industrie demeura au moins partiellement paysan jusque parfois longtemps après la Seconde Guerre mondiale. Progressivement, soit d'une génération à l'autre, soit le temps d'une même génération, l'effritement de l'exploitation agricole conduisit de la condition ouvrière momentanée ou partielle au salariat complet : dans le cadre d'un cycle complet, le paysan devint d'abord paysan-ouvrier, puis passa par toutes sortes de stades intermédiaires avant d'être réduit à l'état d'ouvrier-paysan pratiquant un genre de vie mixte, mi-agricole mi-industriel.

Celui-ci incarna ainsi l'aboutissement de la dégradation agricole. Un nombre de plus en plus grand d'exploitations, devenues marginales, était condamné à disparaître : le morcellement parcellaire, l'exiguïté des surfaces disponibles par suite du partage égalitaire des héritages ont réduit considérablement, voire supprimé la commercialisation d'une partie des produits de la ferme. Dans une population prolifique, ce malaise fut renforcé par la pression démographique exercée sur l'économie, chaque ménage ayant de nombreuses bouches à nourrir, depuis les aïeux et collatéraux jusqu'aux enfants. Très vite l'unité d'exploitation se tourna essentiellement vers l'autosubsistance familiale. On vivait chichement, mais socialement on était mieux considéré que l'ouvrier à genre de vie uniquement industriel, perçu en milieu rural comme un déclassé qui, de surcroît, finissait par devenir sensible au chant des sirènes socialistes, socialisantes ou syndicales. Face au « rouge », l'ouvrier-paysan demeurait un « noir ».

Celui-ci associait en apparence un double avantage : d'une part la propriété foncière et immobilière, aussi réduite fût-elle, ainsi que la production vivrière ; d'autre part le salaire fixe que lui procurait l'usine. En fait, il travaillait deux fois pour vivre une seule vie. Bœuf de labour, l'ouvrier-paysan et sa famille ne rechignaient pas à l'effort et ne connaissaient guère de loisir autre que dominical : celui du culte religieux, des fêtes de famille ou du village. Même le dimanche fut partiellement consacré à soigner le faible nombre de bêtes élevées. Lorsque, à la fin des années 1930 et surtout après 1945, l'ouvrier-paysan fut sollicité par le syndicalisme ouvrier, il se distingua de son collègue uniquement salarié par une réticence certaine à s'engager. Si, dans les grandes entreprises, il finissait parfois par signer le bulletin d'adhésion et par payer sa cotisation, c'est qu'il avait compris qu'il pouvait rentabiliser au maximum cet investissement social : les journées de grève — initialement rémunérées — lui permettaient, sous protection syndicale, de vaquer tranquillement à ses occupations agricoles. Avant tout désireux de réaliser des performances de travail dans sa ferme, il considérait l'exercice de la profession industrielle comme secondaire : fatigué du labeur des champs, parfois de bon matin, il arrivait fréquemment à l'usine pour se reposer quelque peu. Le syndicat lui offrait parfois l'occasion d'être soutenu par le nombre dès lors qu'il s'agissait d'opposer une résistance passive au relèvement des exigences de cadence en matière de travail.

Le salaire lui servit d'appoint à plus d'un titre : l'ouvrier-paysan put faire face aux dépenses de civilisation extérieures à l'autoconsommation, telles celles qui concernaient l'électricité, les fournitures scolaires, l'habillement, une certaine mécanisation de l'exploitation, l'acquisition d'engrais, de produits de traitement des plantes, de semences plus productives ou plus résistantes. Il v [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Les derniers événements

22-25 mai 2014 Union européenne. Élections européennes

– Luxembourg, 6 sièges : Parti social-chrétien (démocrate-chrétien), 3 ; Verts, 1 ; Parti démocratique (libéral), 1 ; Parti ouvrier socialiste luxembourgeois (social-démocrate), 1. – Pologne, 51 sièges : Plate-forme civique (conservateur), 19 ; Droit et Justice (droite populiste), 19 ; Alliance de la gauche démocratique (social-démocrate), 5 ; Nouvelle Droite (nationaliste), 4 ; Parti paysan polonais (agrarien), 4. […] Lire la suite

19 septembre 1993 Pologne. Victoire des communistes aux élections législatives

) d'Aleksander Kwaśnieswki, et du Parti paysan (P.S.L.) de Waldemar Pawlak, respectivement héritier et allié des ex-communistes de l'ancien Parti ouvrier unifié (P.O.U.P.). L'instauration d'un seuil de 5 p. 100 des suffrages pour être représenté aboutit à l'élimination du Parti libéral de l'ancien Premier ministre Krzysztof Bielecki, du syndicat Solidarité, des partis chrétiens et des petits partis de droite. […] Lire la suite

4-26 février 1981 Pologne. Persistance des tensions sociales et remplacement du chef de gouvernement

Le 9, le comité central du Parti ouvrier unifié polonais (P.O.U.P.) se réunit à Varsovie et décide de remplacer à la tête du gouvernement Jozef Pinkowski, démissionnaire, par le général Wojciech Jaruzełski, qui conserve le portefeuille de la Défense. Huit membres du comité central démissionnent également ou sont exclus. Le 10, Stanisław Kania, chef du P. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gabriel WACKERMANN, « OUVRIER-PAYSAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ouvrier-paysan/