RESPIGHI OTTORINO (1879-1936)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans ce qu'on a appelé la « renaissance » de la musique italienne après un xixe siècle livré, malgré des chefs-d'œuvre, à un esprit mélodique trop facile, à une dramaturgie à gros effets et à une virtuosité trop extérieure, Respighi occupe une place importante, bien qu'isolée et difficile à définir. Élève de Sarti pour le violon et l'alto, de Martucci pour la composition, de Rimski-Korsakov et un moment de Max Bruch, il concilie une volonté de renouveau, de pureté, de rigueur avec une conception voluptueuse de son art et la fidélité au poème symphonique. Son métier est d'une solidité à toute épreuve ; sa connaissance de l'orchestre, son goût du chatoiement orchestral le retiennent de poursuivre aussi loin que Malipiero la recherche du dépouillement. Sans avoir véritablement subi l'influence des impressionnistes français et de Debussy, il est proche d'eux par un sentiment commun de la transposition sonore de l'impression sensible, comme par l'influence de la musique russe, de l'exotisme, des modes archaïques et orientaux. Deux poèmes symphoniques, Les Fontaines de Rome et Les Pins de Rome, ont établi sa réputation ; mais le Triptyque botticellien, ses concertos (Concerto grégorien pour violon, Concerto mixolydien pour piano), ses ballets (La Boutique fantasque, d'après Rossini) ne leur sont pas inférieurs. Cette synthèse d'éléments modernes, classiques, postromantiques, heureusement équilibrée, apparaît avec son plus grand raffinement dans les Airs anciens et danses pour luth, qu'il a orchestrés avec une science extrême. Ses œuvres lyriques (La Cloche engloutie, La Flamme, Marie l'Égyptienne et d'autres) sont nettement inférieures à celles du symphoniste.

—  Philippe BEAUSSANT

Écrit par :

  • : directeur de l'Institut de musique et danse anciennes de l'Île-de-France, conseiller artistique du Centre de musique baroque de Versailles

Classification

Pour citer l’article

Philippe BEAUSSANT, « RESPIGHI OTTORINO - (1879-1936) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ottorino-respighi/