NUIT DE LA SAINT-JEAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Célébrée le 24 juin, la nuit de la Saint-Jean coïncide à quelques jours près avec le solstice d'été, vers le 21 juin, jour le plus long de l'année dans l'hémisphère Nord.

Liée au cycle solaire, cette fête universelle a des origines païennes, sans doute en rapport avec des rites de fécondité ancestraux, destinés à favoriser l'abondance des récoltes. À l'époque chrétienne elle fut dédiée à saint Jean-Baptiste, le prophète des Évangiles venu annoncer la venue du Messie. Certaines coutumes païennes perdurent cependant, comme les feux de joie, censés éloigner les mauvais esprits, et les invocations à la nature, selon une vieille croyance qui veut que les plantes et les sources soient spécialement investies en cette nuit-là de pouvoirs magiques.

Répandue dans toute une Europe encore païenne et paysanne où elle marquait le début de l'été et des moissons, la coutume de fêter la Saint-Jean s'est effacée progressivement du monde industriel et urbain. Mais elle reste une tradition célébrée dans plusieurs pays, notamment au Québec qui en a fait sa fête nationale, en Espagne et plus encore dans les pays scandinaves. Elle fait l'objet d'un jour férié en Suède et en Finlande, généralement le troisième vendredi de juin. Les Scandinaves passent souvent ce long week-end à la campagne. Lors de la nuit de la Saint-Jean, les Suédois érigent un mât enrubanné et décoré de fleurs (majstång) autour duquel ils chantent et dansent. Quant aux Danois, ils chantent Midsommervisen, l'hymne de la mi-été, dont les accents patriotiques commencent par Vi elsker vort land (« Nous aimons notre pays »). Des feux de joie sont formés partout, au milieu desquels est jetée une sorcière de paille, en mémoire des bûchers dressés par l'Église protestante aux xvie et xviie siècles.

—  Universalis

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Classification

Les derniers événements

19-24 août 1997 France. Visite du pape Jean-Paul II à l'occasion des J.M.J.

Il évoque les massacres de protestants de la nuit de la Saint-Barthélemy, le 24 août 1572, au cours de laquelle « des chrétiens ont accompli des actes que l'Évangile réprouve ». La visite du pape en France à cette date anniversaire avait suscité des controverses. Le 24, toujours à Longchamp, Jean-Paul II célèbre la messe dominicale devant un million de fidèles. […] Lire la suite

20-30 juillet 1993 Italie. Suicides et attentats à la bombe suscitent interrogation et colère

Dans la nuit du 27 au 28, trois attentats à la bombe se produisent à Milan et à Rome. Cinq personnes sont tuées à Milan, tandis que les deux explosions de Rome ne causent que des dégâts matériels, mais hautement symboliques. La principale cible est en effet la basilique Saint-Jean-de-Latran, l'église du pape à Rome, qui est gravement endommagée. Ces attentats interviennent deux mois après ceux de Rome et de Florence. […] Lire la suite

10 mai - 1er juin 1988 France. Nomination de Michel Rocard au poste de Premier ministre

de Saint-Gobain Roger Fauroux à l'Industrie, l'ancien syndicaliste Jacques Chérèque chargé de l'Aménagement du territoire et des reconversions, et Catherine Tasca, membre de la C.N.C.L., à la Communication. Sur les dix-neuf socialistes, quinze ont fait partie des gouvernements Mauroy et Fabius de 1981 à 1986, et neuf retrouvent à peu près les mêmes fonctions. […] Lire la suite

19-23 juillet 1982 France. Regain de terrorisme à Paris

Dans la nuit du 19 au 20, deux engins explosent, l'un visant une banque israélienne, l'autre une société spécialisée dans le commerce avec Israël. Il n'y a pas de victimes. Les deux attentats sont revendiqués par des groupes palestiniens. Le 20, un colis piégé explose devant la terrasse d'un café de la place Saint-Michel, blessant légèrement une quinzaine de personnes. […] Lire la suite

10-29 mai 1981 France. Élection de François Mitterrand à la présidence de la République

L'après-midi, il est reçu à l'Hôtel de Ville de Paris par Jacques Chirac, puis il se rend au Panthéon où il dépose une rose sur les tombes de Jean Jaurès, de Victor Schœlcher et de Jean Moulin. La foule, énorme malgré la pluie, écoute l'Orchestre de Paris jouer l'« Hymne à la joie » de la IXe Symphonie de Beethoven, avant de se répandre dans les rues du Quartier latin pendant une partie de la nuit. […] Lire la suite

Pour citer l’article

« NUIT DE LA SAINT-JEAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nuit-de-la-saint-jean/