PESTE NOTION DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La peste, contenant de tous les fléaux

Cette polysémie complexe n'est pas anodine. L'idée de peste renvoie à l'horreur de la Peste noire, tout comme l'idée de grippe renvoie aux images de l'hécatombe provoquée par la grippe espagnole de 1918. Leur représentation est omniprésente lorsqu'une épidémie – seulement de grippe de nos jours – peut atteindre l'homme. À propos des pestes animales infectieuses, on est évidemment tenté de parler de dénominations vernaculaires qui persistent en l'absence d'autres mots qui seraient plus précis et, surtout, qui seraient facilement acceptés dans le monde des éleveurs. Il s'agirait alors d'une simple commodité verbale sans conséquence particulière. Ce n'est probablement pas aussi simple. L'idée de destruction et de ruine – et on voit bien ce qu'il advient des élevages lors de la suspicion de cas d'une « peste » quelconque – reste fortement attachée à ces maladies. Elle correspond à une réalité économique désastreuse pour les humains, et c'est probablement une des raisons qui justifient la persistance du mot « peste ». Ce n'est certainement pas la seule explication. On craint, dans quelques cas, que ces pestes (ou grippes) animales puissent devenir épidémiques chez l'homme. C'est ce qu'on a évoqué pour la peste dite aviaire et, plus récemment, pour la grippe dite mexicaine. Ce statut de danger potentiel justifie ici encore le maintien du terme dans l'ensemble mal défini d'atteintes graves aux biens et aux personnes, bref de conserver le sens latin de pestis. L'extension de sens est plus difficile à légitimer pour les pestes animales et végétales, et le détour par l'anglais y a certainement joué un rôle significatif.

Les Animaux malades de la peste, gravure de Auguste Delierre

Photographie : Les Animaux malades de la peste, gravure de Auguste Delierre

Photographie

Pour illustrer la fable de La Fontaine Les Animaux malades de la peste, Auguste Delierre a moins retenu l'épilogue, le malheureux baudet sur qui on crie haro, que l'atmosphère qui baigne la scène : la peste est en même temps maladie réelle et métaphore d'un désastre universel. 

Crédits : Liszt Collection/ Heritage Images/ Age Fotostock

Afficher

Au-delà, il paraît plus probable qu'une langue ne puisse pas se priver d'un mot simple et unique dont le sens profond, historique, est perçu par tous. Bien entendu, il faut conserver en mémoire l'usage du mot peste et de la peste dans sa dimension de sanction collective dans l'Occident chrétien, tout comme déjà dans la Thèbes antique, cas d'école de l'origine d'une « peste  [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Flagellants

Flagellants
Crédits : AKG

photographie

Le rat, vecteur de la peste

Le rat, vecteur de la peste
Crédits : Erni/ Shutterstock

photographie

Peste bovine, Afrique du Sud

Peste bovine, Afrique du Sud
Crédits : Institut de recherches Vétérinaires d'Onderstepoort, Afrique du Sud

photographie

Les Animaux malades de la peste, gravure de Auguste Delierre

Les Animaux malades de la peste, gravure de Auguste Delierre
Crédits : Liszt Collection/ Heritage Images/ Age Fotostock

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris-VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification

Pour citer l’article

Gabriel GACHELIN, « PESTE NOTION DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/notion-de-peste/