ROTA NINO (1911-1979)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il est difficile d'imaginer l'univers de Fellini sans la musique de Nino Rota : elle est le piment qui en même temps assaisonne et adoucit les visions du cinéaste ; de Gelsomina à Casanova, elle a accompagné les monstrueuses parades de Fellini pendant près de trente ans. Il nous reste des images et des mélodies qu'il serait vain d'essayer de dissocier, tant elles se complètent en notre souvenir.

Fellini a toujours nourri envers la musique des sentiments ambigus : « En dehors de mon travail, je préfère ne pas écouter de musique, cela me déprime, c'est comme une voix lancinante qui me remplit de regret et de désespoir, car elle me parle d'un pays d'harmonie, de paix, de perfection, d'où nous aurions été chassés à jamais. Heureusement, je connais Nino Rota. Je suis son ami, il m'aime bien, et c'est une petite consolation, bien maigre, de savoir que l'on a, dans ce royaume métaphysique aux lois sereines et implacables, un parent influent qui peut s'entremettre, en tout bien tout honneur, vous prendre par la main et, s'il le désire, vous y ramener un jour ou l'autre. » La musique de film ne doit pas nous parler de paradis perdus mais assurer un rôle purement fonctionnel de soutien à l'image. La volonté de Fellini rencontrera dans la désobéissance apparente de Nino Rota son meilleur atout.

Né le 3 décembre 1911 à Milan dans une famille de musiciens, Nino Ronaldi (son véritable nom) commence dans la métropole lombarde sa formation musicale, avec Giacomo Orefice et Ildebrando Pizzetti, avant de partir à Rome, où il étudie à l'Accademia Santa Cecilia avec Alfredo Casella. Il y obtient en 1929 un diplôme et un premier prix de composition. De 1930 à 1932, titulaire d'une bourse, Rota vit aux États-Unis. Au Curtis Institute of Music de Philadelphie, il suit les classes de composition et de direction d'orchestre avec Rosario Scalero et Fritz Reiner. Il poursuit également des études littéraires, couronnées, à Milan, par une thèse sur Zarlino et la musique de la Renaissance en Ita [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ROTA NINO (1911-1979)  » est également traité dans :

HUIT ET DEMI, film de Federico Fellini

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 1 082 mots

Dans le chapitre « Projection d'un retour sur soi-même »  : […] Après une Dolce Vita qui conservait encore une forme narrative, le réalisateur abandonne pour longtemps, avec Huit et demi , le modèle dramatique conflit/résolution, ou le schéma faute/rédemption, au profit de la chronique infinie. Il prend aussi le risque d'un film obscur, nombriliste, hermétique au public populaire. Le succès de cinéphilie que l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/huit-et-demi/#i_89679

MUSIQUE ET CINÉMA, LE MARIAGE DU SIÈCLE ? (exposition)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 1 092 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Bernard Herrmann, Michel Legrand, Nino Rota... »  : […] Le visiteur baigne d’emblée dans la musique, tandis qu’une disposition technique astucieuse et intelligente évite la cacophonie ou la bousculade : on regarde les notes écrites, les extraits de films, les portraits, les génériques évocateurs et, quand un lieu d’écoute se libère, on s’y installe ; rien que pour soi, les compositeurs de musique de fi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-et-cinema-le-mariage-du-siecle/#i_89679

Pour citer l’article

Marcel WEISS, « ROTA NINO - (1911-1979) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nino-rota/