PIROSMANI NIKO (1862-1918)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le peintre Nikala Pirosmanachvili (Niko Pirosmani) naquit en 1862 à Mirzaani, en Géorgie sous domination russe. Son père était un paysan pauvre, sa mère fabriquait des tapis. Orphelin à huit ans, il fut recueilli par une famille cultivée de Tiflis, apprit le russe et reçut une instruction artistique. Il semble en effet qu'il fut confié par ses parents d'adoption au peintre Bachidjaguian auprès de qui il suivit des cours. De ce fait, la qualification d'autodidacte, souvent accordée à Pirosmani, est à nuancer, comme le mythe d'un artiste génial jailli ex nihilo des couches défavorisées de la société. Il est vrai qu'au moment où son œuvre fut découverte en 1912 par de jeunes artistes russes adeptes du néo-primitivisme de Larionov et Gontcharova – les peintres Mikhaïl Le Dentu et Kirill Zdanevitch, le critique et théoricien de l'art Ilia Zdanevitch (Iliazd) – qui virent en lui confirmation de leurs théories sur l'art populaire, Pirosmani vivait dans une grande misère, peignant contre un repas des décorations pour les tavernes de Tiflis. C'est d'ailleurs dans l'indigence qu'il mourut en 1918. Pirosmani doit être considéré comme un déclassé vivant d'autant plus mal sa condition qu'il avait pu nourrir quelques espoirs d'ascension sociale.

Pirosmani fonda vers 1885 un atelier de peinture, puis il devint employé des chemins de fer – ce qui, à cette époque en Géorgie, ne constituait pas une mauvaise situation. Vers 1900, il ouvrit un commerce de produits laitiers avant d'être poussé à la faillite par sa passion pour la peinture. Ces précisions ont leur importance : tout au long du xxe siècle, l'exemple de Pirosmani servit à soutenir le sentiment national d'une terre géorgienne dont il incarnait le génie alors que le pays risquait d'être dilué dans l'espace soviétique. Après l'effondrement de l'U.R.S.S., il servit de phare au renouveau national. Ainsi, le statut d'artiste populaire autodidacte permettait de ne pas heurter la doctrine soviétique tout en favorisant le mythe du génie né d'un terroir précis. La peinture de Pirosmani s'inspi [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur en slavistique, maître de conférences de russe à l'université de Clermont-Ferrand-II-Blaise-Pascal

Classification


Autres références

«  PIROSMANI NIKO (1862-1918)  » est également traité dans :

GÉORGIE

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET, 
  • Régis GAYRAUD, 
  • David Marshall LANG, 
  • Kalistrat SALIA
  • , Universalis
  •  • 15 745 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'apport de Pirosmani. Identité nationale et avant-garde »  : […] C'est dans ce contexte qu'apparaît à la fin du xix e  siècle Niko Piromanachvili, dit Pirosmani (1862-1918), le plus grand peintre géorgien, dont l'œuvre se situe au confluent de la tradition naïve et de l'inspiration orientale, selon une constante dans l'art de ce pays. Découvert par un jeune artiste russe d'avant-garde épris de peinture primitiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georgie/#i_13222

Pour citer l’article

Régis GAYRAUD, « PIROSMANI NIKO - (1862-1918) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/niko-pirosmani/