SCHÖFFER NICOLAS (1912-1992)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Reconnu (il était membre de l'Académie des beaux-arts) mais mal connu, Nicolas Schöffer fut avant tout un créateur d'idées.

Né à Kalocsa, en Hongrie, le 6 septembre 1912, il passa un doctorat de droit, tout en suivant les cours de l'école des Beaux-Arts de Budapest avant de s'installer à Paris en 1936. Période difficile et ignorée, Schöffer ayant détruit la production de cette époque. Les vitraux de Bourges, des projections colorées sur la tour Eiffel en 1937 marquent une carrière ponctuée de rencontres : le palais de la Découverte, et le pavillon de l'Air de Sonia et Robert Delaunay, à l'Exposition universelle de 1937, les machines de la foire de Paris en 1946 puis la lecture du livre de Norbert Wiener Cybernétique et société. À la fin de 1947, une rupture radicale, d'ordre technologique, se produit : Schöffer tente alors une « intégration dynamique et constructive de l'espace dans l'œuvre plastique », théorisée sous le nom de « spatiodynamisme » et dont les premiers résultats sont exposés en 1950, à la galerie des Deux-Îles. Dès cette époque, il s'entoure de techniciens qualifiés et collabore avec l'ingénieur Henri Perlstein à la construction d'une Horloge électrique spatiodynamique. Avec un autre ingénieur, Jacques Bureau, il érige en 1954 à Saint-Cloud une Tour spatiodynamique, cybernétique et sonore, dont la programmation musicale est réalisée par Pierre Henry ; avec un troisième, Julien Leroux, il met au point en 1959 le Musiscope : présenté en 1961 sous la direction de Pierre Boulez dans le cadre du Domaine musical, il exécute une composition de Pierre Jansen avec des projections lumineuses. La musique continuera de l'occuper, puisqu'il enregistre son premier disque, Hommage à Bartók, en 1979, et travaille sur l'ordinateur de l'I.R.C.A.M. à des Structures sonores, en 1980.

L'après-guerre rêvait d'intégrer les arts à la société. Membre du Groupe international d'architecture prospective, animé par Michel Ragon, Schöffer cherchait moins à s'adapter à l'architecture qu'à s'en emparer totalement : en 1955, il présenta au Salon des travaux publics une maison aux cl [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SCHÖFFER NICOLAS (1912-1992)  » est également traité dans :

L'ŒIL MOTEUR. ART OPTIQUE ET CINÉTIQUE 1950-1975 (exposition)

  • Écrit par 
  • Corine PENCENAT
  •  • 952 mots

L'exposition organisée en 2005 par le musée d'Art moderne et contemporain de Strasbourg sur l'art optique et cinétique de 1950 à 1975 s'inscrit dans la suite des manifestations Aux origines de l'abstraction au musée d'Orsay, en 2003-2004, et Sons et lumières au Centre Georges-Pompidou, en 2004, à Paris. Il semble donc que s'élabore l'étude d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-oeil-moteur-art-optique-et-cinetique-1950-1975/#i_8693

OPTIQUE ET CINÉTIQUE ART

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 4 641 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Cybernétique et musique des couleurs »  : […] Nicolas Schöffer (1912-1992), de son côté, s'est servi de ses constructions de plans dans l'espace comme de réflecteurs dont la structure prend forme d'anamorphose dans le jeu des éclats lumineux et des ombres portées ( Lux   I , 1957). Plus tard, les Chronos intègrent dès la conception leur propre programmation mouvante et lumineuse, commandée p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-optique-et-cinetique/#i_8693

Pour citer l’article

Harry BELLET, « SCHÖFFER NICOLAS - (1912-1992) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-schoffer/