NARUSE MIKIO (1905-1969)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est à Shitamachi, la ville basse de Tōkyō, que naquit Naruse Mikio. Ses parents, artisans brodeurs, disparurent très tôt, et il dut subvenir à ses besoins alors qu'il n'avait qu'une dizaine d'années. En 1920, il entre comme accessoiriste à la Shōchiku, la grande compagnie de production cinématographique qui venait de se créer. Il aurait dû, comme son frère, devenir technicien du chemin de fer, mais cette perspective ne l'avait jamais intéressé ; sa grande passion était la littérature. Autant que son expérience de Shitamachi, elle marquera profondément son œuvre : il adaptera, entre autres, Kawabata Yasunari et Hayashi Fumiko, qui dépeint la misère de ses consœurs les femmes de Shitamachi.

La carrière de Naruse Mikio ne ressemble guère à celle d'Ozu Yasujiro qui, très vite, fut promu réalisateur dans la même compagnie et dont l'itinéraire s'illustre par la constance ; Naruse resta près de dix ans assistant-réalisateur, ce qui, au début de la Shōchiku, était rare. Il fut d'abord celui d'Ikeda Yoshinobu, qui tournait, dans les années vingt, une dizaine de mélodrames par an, avec sa femme pour vedette : Kurishima Sumiko. Elle devait jouer plus tard pour Naruse ; mais à cette époque, ce dernier, effacé, solitaire, se réfugiait dans l'alcool : ses relations avec Kido Shirō, le jeune et autoritaire directeur des studios Shōchiku-Kamata n'étaient pas des plus faciles. En 1929, il voulut démissionner, mais le réalisateur Gosho Heinosuke l'en dissuada ; il devint son assistant et peu de temps après on lui donna l'occasion de réaliser une comédie burlesque : Chambara fūfu (Couple en duel). Comme tous les aspirants réalisateurs de la Shōchiku, il devait faire ses preuves avec des courts métrages non sensiques, en vogue à l'époque. En 1930, il réalisa un long métrage, Ai wa chikara da (L'amour, c'est la force), mais ce fut un échec et il dut se remettre au court métrage. Il fut reconnu, enfin, avec Erakunare (Réussis !) en 1932 et sa carrière commença véritablement avec l'adaptation, la même année, d'une œuvre de Kikuchi Kan, Printemps gâch [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : maîtrise de droit, université de Paris-I, licenciée de japonais, Institut national des langues et civilisations orientales

Classification


Autres références

«  NARUSE MIKIO (1905-1969)  » est également traité dans :

JAPON (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Hubert NIOGRET
  •  • 5 586 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La reconnaissance du monde »  : […] L'attribution, en 1951, du lion d'or de Venise au Rashomōn de Kurosawa , que consacrait peu après la remise, à Hollywood, de l'oscar du meilleur film étranger, a eu des effets dont la portée allait bien au-delà de la révélation d'un film ou de son réalisateur. Avec l'apparition sur la scène mondiale de l'un des siens, c'est tout le cinéma japonais qui se voyait enfin reconnu dans ses ambitions ar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-le-cinema/#i_88458

Pour citer l’article

Josiane PINON, « NARUSE MIKIO (1905-1969) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/naruse/