NANOTUBES DE CARBONE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les nanotubes de carbone, découverts en 1991 par le chercheur japonais Sumio Iijima, font partie de la famille des systèmes carbonés parmi lesquels on trouve les fibres de carbone, les fullerènes, le graphite et le diamant. Un nanotube peut être visualisé comme un plan d'atomes de carbone (assemblés en hexagones, comme dans le graphite) enroulé sur lui-même. Son diamètre est de l'ordre du nanomètre (milliardième de mètre) et sa longueur peut dépasser le millimètre. Il y a plusieurs sortes de nanotubes suivant l'arrangement des atomes de carbone et le nombre de couches concentriques (nanotubes monofeuillets ou multifeuillets). Ils sont obtenus par des techniques assez simples où l'on vaporise à haute température du carbone en présence d'un catalyseur comme le fer ou le nickel. Certains de ces nanotubes ont des propriétés métalliques alors que d'autres sont des semiconducteurs. Ils présentent tous une remarquable résistance mécanique.

Sur un plan fondamental, les nanotubes représentent des objets modèles idéaux dans la mesure où, compte tenu de leurs dimensions, ils permettent d'illustrer certaines lois de la mécanique quantique et de la physique à une dimension.

Sur le plan industriel, de nombreuses applications des nanotubes sont en cours d'étude ou de développement, notamment comme :

– éléments de renforcement de polymères (composites) ;

– matériaux nanoporeux pour le stockage de l'énergie (électrodes de batterie ou de supercapacité, stockage de l'hydrogène) ou le filtrage ;

– composants passifs (conducteurs nanométriques) ou actifs (diodes et transistors) d'une future nanoélectronique ;

– systèmes permettant la vectorisation de molécules médicamenteuses pour le traitement de certaines maladies.

Toutes ces applications sont néanmoins tributaires de la non-toxicité des nanotubes qui, vingt ans après leur découverte, reste à établir définitivement.

—  Patrick BERNIER

Écrit par :

  • : ancien directeur de recherche au C.N.R.S., Groupe de dynamique des phases condensées, université de Montpellier-II

Classification


Autres références

«  NANOTUBES DE CARBONE  » est également traité dans :

CHIMIE - La chimie aujourd'hui

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 10 832 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Nanoscience »  : […] Pour les chimistes, la nanoscience est l'équivalent de la prose pour M. Jourdain. À les en croire, ils la pratiquent depuis toujours. Cette intime conviction doit néanmoins être nuancée. La découverte de la molécule C 60 par Robert Floyd Curl Jr. (né en 1933), Harold Walter Kroto (1939-2016) et Richard Errett Smalley (1943-2005), qui leur valut le prix Nobel en 1996, fit de celle-ci une molécule […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-la-chimie-aujourd-hui/#i_85609

EBBESEN THOMAS (1954- )

  • Écrit par 
  • Lucas LETHUILLIER
  •  • 1 087 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des nanotubes de carbone aux interactions lumière-matière »  : […] Chez NEC, Thomas Ebbesen fera une grande découverte : la transmission extraordinaire optique. Alors qu’il travaille sur les nanotubes de carbone et les fullerènes, il lit un article du physicien français Serge Haroche, futur médaille d’or du CNRS en 2009 et futur Prix Nobel de physique en 2012, qui traite de l’électrodynamique quantique en cavité, c’est-à-dire de l’étude, dans une boîte fermée co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-ebbesen/#i_85609

FULLERÈNES

  • Écrit par 
  • Patrick BERNIER
  •  • 2 264 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De la nanosphère au nanotube »  : […] Si la science des fullerènes est en plein développement, un autre domaine apparenté a émergé : celui des nanotubes de carbone. On se les représente comme des feuilles de graphène enroulées sur elles-mêmes et fermées aux deux extrémités. Le diamètre de ces nanotubes est très petit (de un à quelques nanomètres) mais leur longueur peut être grande (de 10 à 100 micromètres). Comme les fullerènes, ces […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fullerenes/#i_85609

FULLERÈNES ET NANOTUBES

  • Écrit par 
  • Arnaud HAUDRECHY
  •  • 267 mots

Mis en évidence en 1985 et abondamment décrits par Richard Smalley, Robert Curl et Harold Kroto (qui seront récompensés pour cette découverte par le prix Nobel de chimie en 1996), les fullerènes représentent une nouvelle famille de molécules constituées par des atomes de carbone. C'est la troisième forme du carbone, après le graphite et le diamant. La structure exceptionnelle de ces composés, en f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fullerenes-et-nanotubes/#i_85609

MÉMOIRES NUMÉRIQUES

  • Écrit par 
  • François PÊCHEUX
  •  • 7 440 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Perspectives et technologies émergentes »  : […] Les mémoires qui équipent aujourd'hui les systèmes informatiques (tableau ) sont extrêmement optimisées. Le rythme effréné des améliorations effectuées entre 1980 et 2000 s'est quelque peu réduit et les barrières théoriques imposées par la physique des semi-conducteurs se font de plus en plus menaçantes, mêmes si certains estiment qu'il y a encore beaucoup à faire dans ce domaine. Si le point mémo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/memoires-numeriques/#i_85609

NANOTECHNOLOGIES

  • Écrit par 
  • Claude WEISBUCH
  •  • 6 259 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les nanomatériaux structuraux »  : […] Dans ce domaine, on espère beaucoup de la nanostructuration. Les propriétés mécaniques, mais pas seulement elles (par exemple la résistance à la corrosion...), sont souvent grandement améliorées lorsqu'on atteint une structuration de la matière à l'échelle du nanomètre, avec de grandes différences dans le changement des lois de comportement entre métaux, céramiques et autres matériaux. Par exempl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nanotechnologies/#i_85609

NANOTECHNOLOGIES (enjeux et risques)

  • Écrit par 
  • Francelyne MARANO
  •  • 5 946 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des études récentes montrent que certains nanotubes de carbone sont responsables chez la souris de lésions semblables à celles de l'amiante »  : […] Deux publications récentes sont à l'origine d'une forte interrogation sur les risques associés à l'exposition à des nanotubes de carbone. La première, parue dans Nature Nanotechnology (Poland et al., 2008) montre que des nanotubes injectés dans l'abdomen de souris peuvent induire une inflammation et la formation de granulomes semblables à ceux induits par des fibres d'amiante. Cela ne survient qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nanotechnologies-enjeux-et-risques/#i_85609

Pour citer l’article

Patrick BERNIER, « NANOTUBES DE CARBONE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nanotubes-de-carbone/