NAGĪB ou NÉGUIB MUḤAMMAD (1901-1984)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Khartoum (Soudan) d'un père capitaine de l'armée égyptienne devenu administrateur du condominium anglo-égyptien et d'une mère d'origine égyptienne, née et grandie au Soudan, Muḥammad Néguib fait dans ce pays ses études primaires et secondaires, puis entre à l'Académie militaire du Caire le 1er avril 1917. Il poursuit ses études après avoir été nommé officier, obtient en 1927 une licence en droit et entreprend jusqu'en 1931 la préparation de doctorats en économie politique puis en droit privé. Il perfectionne également sa pratique des langues étrangères. En 1939, il est breveté d'état-major et fait un voyage d'étude en Angleterre. Contemporain et sympathisant des luttes nationales, le lieutenant-colonel Néguib présente en 1942 sa démission, qui n'est pas acceptée, pour protester contre l'arrivée au pouvoir, imposée au roi par les Britanniques, de Nahhas Pacha, chef du Wafd. Il participe en 1948 à la campagne de Palestine. Blessé trois fois, sa popularité dans l'armée grandit. Il accède au rang de brigadier général (général de brigade). À diverses reprises il adresse aux ministres et au Palais des rapports sur l'impréparation de l'armée. Connu de tous les combattants, en contact avec certains des Officiers libres, il est élu en novembre 1951 président du conseil d'administration du Club des officiers par les jeunes cadres contre le candidat du roi. Après l'incendie du Caire, en janvier 1952, les Premiers ministres qui se succèdent à une cadence accélérée proposent par trois fois au souverain sa désignation comme ministre de la Guerre, mais en vain. Le général Néguib ne participe pas en personne au coup d'État du 23 juillet 1952, mais couvre l'entreprise de son autorité bonhomme. Commandant en chef de l'armée, il parvient avec l'aide d'‘Alī Māher, nommé à la tête du gouvernement, à écarter le roi, qui abdique le 26 juillet 1952 et quitte le pays le jour même. Premier ministre le 7 septembre 1952, il devient, le 18 juin 1953, président de la République. Mais, après [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification


Autres références

«  NAGIB ou NÉGUIB MUHAMMAD (1901-1984)  » est également traité dans :

ÉGYPTE - L'Égypte républicaine

  • Écrit par 
  • Sandrine GAMBLIN, 
  • Robert SANTUCCI
  •  • 36 092 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La mise en place du pouvoir républicain »  : […] déjà opéré dans la vie publique, ou au contraire sur la nécessité de poursuivre la révolution. Les tenants du premier choix se groupent derrière le général Nagīb qui, par sa bonhomie, ses apparitions publiques fréquentes, bénéficie d'une énorme popularité au sein du public égyptien, suscitant l'irritation de la « junte » et du chef des Officiers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-l-egypte-republicaine/#i_34123

Pour citer l’article

Robert SANTUCCI, « NAGĪB ou NÉGUIB MUḤAMMAD - (1901-1984) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nagib-neguib/