MUTANT, science-fiction

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Genre littéraire foisonnant, la science-fiction se caractérise avant tout par la multiplicité de ses thèmes, mais aussi par la propension à les fondre, à les opposer, à les emboîter les uns dans les autres, ce qui rend très aléatoire une définition rigoureuse de chacun d'eux. Le mutant n'échappe pas à cette règle ; s'il est utile de relever d'abord ce qu'il n'est pas (ni robot, ni extra-terrestre, ni surhomme), il ne faut pas oublier que de telles distinctions, purement empiriques, restent conventionnelles, et qu'on peut citer de nombreux exemples où elles sont sans valeur.

Cela posé, il reste que le mutant de la science-fiction se distingue en général de l'homme dont il est un dérivé par sa supériorité, en particulier par l'étendue de ses pouvoirs psychiques (intelligence extraordinaire, télépathie, parfois capacité de prévoir l'avenir ou de plier les autres à sa volonté) ; cependant les mutants vampires du Je suis une légende, de Richard Matheson, sont seulement des post-humains mieux adaptés aux conditions d'un monde bouleversé par la radioactivité.

Il est autrement difficile de trouver aux mutants de science-fiction des traits communs ; ainsi, l'explication de leur origine varie avec chaque auteur : résultat d'expérience de laboratoire (À la poursuite des slans, d'A. E. Van Vogt), l'union d'extra-terrestres et de terriennes (les enfants télépathes des Coucous de Midwich de John Wyndham), ou encore rassemblement, à la fois fortuit et prédéterminé, d'éléments « en marge » (Les Plus qu'humains, de Théodore Sturgeon). Toutefois, les mutants ont toujours une particularité : leur position marginale, signe évident de leur caractère « à part » ; les slans sont impitoyablement pourchassés, la petite communauté des Plus qu'humains doit vivre à la campagne, loin des hommes (significativement, elle est dirigée par un idiot). Les « normaux » leur vouent immanquablement des sentiments de haine, de mépris, de crainte, au mieux de méfiance (cf. les romans de Philip K. Dick : bien qu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : maître ès lettres modernes, professeur au lycée de Tiaret, Algérie

Classification


Autres références

«  MUTANT, science-fiction  » est également traité dans :

FANTASTIQUE

  • Écrit par 
  • Roger CAILLOIS, 
  • Éric DUFOUR, 
  • Jean-Claude ROMER
  •  • 21 074 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Naissance et thèmes de la science-fiction »  : […] La science, la technique engendrent un merveilleux à leur tour. Il ne suffit pas cependant que l'écrivain se contente d'en extrapoler les succès, car la réalité rejoint vite l'anticipation. Pour ne parler que de récits d'un maître du genre, mais pour qui déjà le phénomène s'est produit, par exemple pour Jules Verne, l'invention du sous-marin rend caducs Mathias […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fantastique/#i_32422

Pour citer l’article

Jean-Paul MOURLON, « MUTANT, science-fiction », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mutant-science-fiction/