Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MORTON JOSEPH FERDINAND LA MENTHE (ou LEMOTT) dit JELLY ROLL (1885 ou 1890-1941)

Jelly Roll Morton

Jelly Roll Morton

Morton, qui débuta comme pianiste dans les maisons closes de La Nouvelle-Orléans, se prétendait « l'inventeur du jazz ». Cette affirmation est contestable, mais Jelly Roll Morton n'en reste pas moins l'un de ceux qui contribuèrent le plus efficacement à tirer le jazz de sa gangue matricielle. Les conceptions pianistiques, puis orchestrales, qu'il élabora à partir du ragtime, définirent le style Nouvelle-Orléans dans ce qu'il eut de plus raffiné et servirent longtemps de point de mire aux autres jazzmen. Jelly Roll Morton était un perfectionniste inquiet, conscient d'œuvrer pour la postérité. Cela lui permit d'être moins vite satisfait que d'autres de sa musique et surtout de battre en brèche l'idéologie (triomphante dans le jazz de l'époque) de la spontanéité pure. Jelly Roll Morton croyait en l'écriture, exigeant de ses musiciens qu'ils se contentent « de jouer les petits signes noirs inscrits sur le papier ». En même temps qu'un compositeur inspiré, il fut le premier grand arrangeur du jazz. Ces qualités, jointes à celles des solistes réunis par ce remarquable catalyseur d'énergies, expliquent que les faces réalisées avec des formations comme les Red Hot Peppers (1926-1930) comptent parmi les joyaux du jazz enregistré.

— Alain GERBER

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur en psychologie, membre du Collège de pataphysique et de l'Académie du jazz, romancier

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Jelly Roll Morton

Jelly Roll Morton

Autres références

  • JAZZ

    • Écrit par Philippe CARLES, Jean-Louis CHAUTEMPS, Universalis, Michel-Claude JALARD, Eugène LLEDO
    • 10 992 mots
    • 25 médias
    Faire du jazz, c'est, au niveau le plus simple, insuffler le swing à une matière musicale quelconque. Ainsi, Jelly Roll Morton, un des premiers jazzmen, déclara : « Le jazz est un style, non une composition. N'importe quelle musique peut être interprétée en jazz, du moment qu'on sait s'y prendre. Ce...
  • NEW ORLEANS ou NOUVELLE-ORLÉANS STYLE

    • Écrit par Jean-Louis CHAUTEMPS
    • 917 mots
    ...une erreur de penser que le style Nouvelle-Orléans se résume à quelques noms, si prestigieux fussent-ils : King Oliver, Louis Armstrong, Johnny Dodds, Jelly Roll Morton, Sidney Bechet. D'autant que, si ces musiciens de tout premier plan ont effectivement pratiqué le style néo-orléanais le plus pur dans...

Voir aussi