HATOUM MONA (1952- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mona Hatoum a d'abord été connue comme une artiste réalisant des performances qui mettaient souvent en scène la violence et la sexualité, et au cours desquelles son propre corps était volontairement exposé, parfois jusqu'à la limite de ses forces. Bien que ces performances aient été presque toutes filmées, Mona Hatoum ne les considère pas comme un travail vidéo à part entière. C'est en 1983 qu'elle entame véritablement un travail vidéographique qui, même restreint, est d'une qualité et d'une acuité étonnantes par les jeux du simple et du complexe, du subjectif et du politique, de la mémoire personnelle et de l'histoire qu'il met en œuvre.

Mona Hatoum est née en 1952 à Beyrouth, au Liban, qu'elle quittera pour des raisons personnelles et politiques. Elle s'exile d'abord à Vancouver, ensuite à Londres où elle s'est installée. Ses vidéos portent les traces de sa séparation physique et mentale avec sa famille palestinienne, plus particulièrement sa mère, et tentent de restituer, ou plutôt de reconstruire, un passé qui devient alors un présent perpétuel dans des images vidéos qui jouent sur des registres contextuels, singuliers et universels. À un premier niveau, les références voilées ou explicites à une situation de guerre, étroitement mêlées aux lieux autobiographiques de l'artiste (la maison familiale, les rues, les quartiers qu'elle a connus), donnent à voir les liens unissant tout un peuple à un individu.

Dans Mesures of Distance (1988), Mona Hatoum exprime la douleur intime à travers les images que la vidéaste a choisies de sa mère et un choix de lettres envoyées par cette dernière à sa fille, lues en voix off : ces lettres parlent de la guerre, de la vie quotidienne, de ce qui a été perdu. Mais le point de vue personnel acquiert un statut plus général ; ce n'est plus seulement un fragment d'un moment historique, c'est aussi le drame de deux femmes cruellement séparées. C'est aussi, à un autre degré, une simple histoire d'amour filial que chacun peut comprendre. La stratification des niveaux de lecture est remarquablement servie par la structure formelle. Mona Hat [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur en esthétique à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art

Classification


Autres références

«  HATOUM MONA (1952- )  » est également traité dans :

BODY ART

  • Écrit par 
  • Anne TRONCHE
  •  • 4 584 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Corps public et corps social »  : […] C'est dans la Vienne de l'après-guerre que se met en place un art fortement ritualisé désignant le corps comme mesure de toute chose : du langage, de l'espace, des structures sociales. Faisant suite au projet d'une forme d'art total qu'il avait esquissé en 1957 avec son Théâtre des orgies et des mystères , l'artiste Hermann Nitsch entreprend des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/body-art/#i_19938

Pour citer l’article

Jacinto LAGEIRA, « HATOUM MONA (1952- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mona-hatoum/