BEN ARAFA MOHAMMED (1890-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Moulay Mohammed Ben Arafa el-Alaoui est entré presque malgré lui dans l'histoire du Maroc : du 20 août 1953 au 30 septembre 1955, son nom fut opposé par les passions coloniales à celui du sultan exilé, Mohammed V.

Le roi Mohammed V, qui avait progressivement lié son destin au mouvement nationaliste, fut, après la Seconde Guerre mondiale, jugé par le pouvoir français du protectorat comme l'homme de l'Istiqlal, de l'indépendance. Le maréchal Juin, de 1947 à 1951, employa la manière forte pour écraser le mouvement nationaliste et mettre le sultan au pas, s'appuyant localement sur l'opposition à la fois politique et personnelle qui soulevait contre Mohammed V, d'une part le Glaoui, puissant chef féodal et grand affairiste, et d'autre part le chérif Kettani, dignitaire religieux traditionaliste.

Le précédent que constituait le remplacement, en 1912, d'un sultan peu coopératif fut évoqué. On en fit planer la menace sur Mohammed V en février 1952 par une marche populaire sur Rabat, organisée par le Glaoui.

Cédant tactiquement aux exigences du résident français, le sultan désamorça le mouvement : ce n'était que partie remise.

C'est à cette occasion que fut évoqué le nom de Ben Arafa. On avait cherché dans la famille régnante un candidat au sultanat qui fût effacé et docile. On ne trouva guère que ce lettré de Fès, homme déjà âgé, petit-cousin de Mohammed V et petit-fils du sultan Moulay Hassan. Respecté et respectable, il avait la vertu requise : l'absence de toute envergure. Le coup projeté ayant échoué, le candidat désigné fut renvoyé à sa modeste retraite.

Sous le général Guillaume, successeur du maréchal Juin, la tension entre le mouvement nationaliste et le parti colonial avec ses collaborateurs marocains s'aggrava. Le Glaoui rallie des caïds et des pachas, les organisations religieuses traditionalistes étant travaillées par le chérif Kettani. Encouragés en sous-main par la résidence, les conjurés s'organisent. Après un serment collectif à Moulay Idris, ils se rassemblent à Marrakech où i [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Magali MORSY, « BEN ARAFA MOHAMMED - (1890-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mohammed-ben-arafa/