ZAHER SHĀH MOHAMMAD (1914-2007) roi d'Afghanistan (1933-1973)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dernier roi d'Afghanistan, Zaher shāh, déposé en 1973, est mort le 23 juillet 2007 à Kaboul avec le titre de Père de la nation. À son retour d'exil en 2002, après la chute des talibans, il s'était publiquement opposé à la restauration de la monarchie et avait refusé de se porter candidat à la présidence.

Fils unique du roi Nader, Zaher shāh naît le 15 octobre 1914 à Kaboul dans la famille des Musahiban et appartient par là à la lignée des Yahya Khel du clan Mohammdzai, donc aux Arakzai des tribus pachtounes Dourrani. Chef de l'armée afghane et vainqueur de la troisième guerre anglo-afghane de 1919, son père est envoyé en France par le roi Amanoullah, qui craint son prestige ; ce qui vaut au jeune Mohammad Zaher de faire ses études au lycée Janson-de-Sailly puis à Montpellier. Lorsque, en 1930, son père, de retour en Afghanistan, se fait proclamer roi, Zaher revient à Kaboul et entre à l'Académie militaire ; reçu officier d'infanterie, il se voit en 1932 confier le ministère de la Défense, puis, pour une brève période, celui de l'Éducation ; il fonde alors l'université de Kaboul. Lorsque, en 1933, le roi Nader est assassiné, Zaher est placé sur le trône par ses oncles ; l'un d'eux, le prince Hashem khān, assurera près de lui pendant quatorze ans la régence... ainsi que le pouvoir effectif. Formés en Europe, les oncles du jeune roi et celui-ci œuvrent à moderniser le pays, font élaborer des plans de développement et venir des experts étrangers (allemands pour l'hydroélectricité et l'aviation, français pour les services de santé et l'enseignement). Neutre lors de la Seconde Guerre mondiale, le pays se montre, sous l'influence d'Hashem khān, favorable à l'Axe, et ce n'est qu'en 1946 que les États-Unis apportent leur collaboration et s'imposent.

Toutefois, si en 1947 Hashem khān quitte la régence, ce n'est qu'en 1950 que Zaher shāh exercera pleinement le pouvoir ; auparavant, un autre oncle du roi, shāh Maḥmoud, aura imposé sa volonté et vu éclater la question du Pachtounistan. En 1953, Zaher shāh remplace son oncle shāh Maḥmoud par son cousin et beau-frère Daoud qui inaugure une politique de coopération avec l'U.R.S.S. et ouvre une ère de progrès : on modernise l'armée ; l'État aide au développement économique ; le port du voile par les femmes disparaît ; les capitaux extérieurs – américains et russes, entre autres – affluent. Daoud a bien contrôlé, avec l'accord du roi, les tribus pachtounes ; pourtant l'aristocratie afghane lui en veut pour ses relations avec Moscou et pour la détérioration des relations entre Kaboul et Karachi ; aussi, en 1963, Zaher shāh remercie son Premier ministre et éloigne du pouvoir tous les autres responsables qui se trouvent être membres de sa famille.

Dès lors, le roi veut se faire connaître de son peuple et non des seules personnalités locales ou des hauts fonctionnaires ; il s'appuie alors sur les grands propriétaires fonciers, et promulgue, en 1964, une Constitution qui fait de lui le détenteur unique du pouvoir ; désormais, le roi choisit ses Premiers ministres, contrôle la politique étrangère et l'armée et nomme le tiers des représentants de la Chambre haute et la totalité des membres de la Cour suprême. Il a le droit de dissoudre le Parlement afghan, de proposer de nouvelles élections et d'opposer son veto à tout acte juridique. Monarchie parlementaire soutenue par de grands propriétaires fonciers soucieux de leurs privilèges, la royauté se voit, en 1965, refuser la confiance du Parlement ; son aile gauche dénonce la corruption et appelle les étudiants à manifester : l'armée et la police répriment à la demande du roi, mais celui-ci, en fait, louvoie et change de Premier ministre. En 1967, malgré de nouveaux bouleversements ministériels, le roi ne peut apaiser les mécontents de tous bords : si les milieux religieux s'inquiètent des vices d'une jeunesse de plus en plus occidentalisée, la sécheresse, la désorganisation de l'économie – les plans quinquennaux sont abandonnés – et la corruption croissante mettent au plus bas la popularité du roi. Le 17 juillet 1973, des officiers jeunes-turcs, d'esprit progressiste et formés en U.R.S.S., prennent le pouvoir avec le prince Daoud, proclament la république et évincent le roi, alors en voyage en Italie. Il abdique un mois plus tard et s'installe à Rome. Il est déchu de sa nationalité en 1978 mais le gouvernement afghan la lui restituera en 1991, de même que sa condam [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ZAHER SHAH MOHAMMAD (1914-2007) roi d'Afghanistan (1933-1973)  » est également traité dans :

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Les tentatives de modernisation du pays »  : […] Entre 1968 et 1973, la monarchie afghane paraissait à tous les observateurs soucieuse de maintenir ses privilèges au point qu'elle laissait se perdre dans les sables tout projet de modernisation. C'était elle pourtant qui avait lancé le mouvement. C'était à elle qu'il devait profiter. Il faut en effet se souvenir que pendant les années soixante une tentative « démocratique » pour sortir le pays de […] Lire la suite

DAOUD KHAN ALI MOHAMMAD (1909-1978)

  • Écrit par 
  • Jean-Charles BLANC
  •  • 1 082 mots

‘Alī Muḥammad Daūd khān (Daoud) est né à Kaboul. Il est le fils de Muḥammad Aziz khān, dont la famille fut exilée d'Afghanistan par l'émir ‘Abdbal-Rahmān à la fin du xix e siècle. Comme son cousin Muḥammad Zāhir shāh, il fréquente les lycées Habibia et Istiqlāl, entre à l'école des Cadets et va terminer ses études à Paris. Revenu dans son pays, en 1932, son oncle, Nādir shāh, le nomme gouverneur […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Charles BLANC, « ZAHER SHĀH MOHAMMAD (1914-2007) - roi d'Afghanistan (1933-1973) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mohammad-zaher-shah/