EL BARADEI MOHAMED (1942- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« La négociation plutôt que la guerre ». Telle semble être la maxime qui a toujours animé Mohamed El Baradei. Pourtant rien ne prédisposait ce diplomate de carrière au tempérament réservé à devenir la bête noire de l'administration Bush dans sa guerre contre le terrorisme.

au Caire en 1942 dans une famille de juristes reconnus, Mohamed El Baradei obtient en 1962 une licence en droit à l'université du Caire, avant de poursuivre ses études à Genève au sein de l'Institut universitaire de hautes études internationales où il obtient un diplôme d'études approfondies en droit international. Il achève sa formation de juriste en 1974 par un doctorat en droit international de l'université de New York. Parallèlement à un cursus universitaire cosmopolite et sans faille, il s'engage dès l'âge de vingt-deux ans dans les services diplomatiques égyptiens, où il travaille déjà sur les questions relatives à la limitation des armements. Son expérience de la diplomatie de haut niveau l'amène également à participer aux négociations des accords de Camp David. En 1980, il quitte la diplomatie égyptienne pour se mettre au service de l'O.N.U. en qualité de responsable du programme de droit international auprès de l'Institut des Nations unies pour la formation et la recherche (U.N.I.T.A.R.). Il entre dès 1984 à l'Agence internationale de l'énergie atomique (A.I.E.A.), où il gravit patiemment les échelons avant de succéder en 1997 à Hans Blix pour prendre la tête de l'organisation, qu’il conserve jusqu’en 2009.

Mohamed El Baradei

Mohamed El Baradei

Photographie

Tout comme dans le cas de son prédécesseur Hans Blix, l'indépendance de vue et la fermeté de Mohamed El Baradei, directeur général de l'A.I.E.A. (1997-2009), ont bousculé les usages diplomatiques. 

Crédits : D. Calma/ AEIA

Afficher

Ironie de l'histoire, Mohamed El Baradei doit sa première nomination comme directeur général de l'A.I.E.A. au soutien des États-Unis. Aux dires de l'ambassadeur américain de l'époque, il « est exactement le type de personne que nous voulons dans le rôle : quelqu'un provenant d'un pays en développement qui dispose d'un état d'esprit occidental mais avec une sensibilité du Tiers Monde ». Sa réputation de technocrate consciencieux et discret rassurait tous ceu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur en droit, professeur adjoint en droit international, Institut de hautes études internationales et du développement, Genève (Suisse)

Classification

Les derniers événements

7-22 août 2013 • ÉgypteRépression meurtrière des partisans de Mohammed Morsi.

Al-Adawiya et de la place Al-Nahda. Des violences éclatent également dans plusieurs villes du pays où les pro-Morsi incendient de nombreuses églises coptes et des commerces appartenant à des chrétiens. L'état d'urgence est rétabli. Le vice-président Mohamed El Baradei, qui rejette l'usage [...] Lire la suite

1er-31 juillet 2013 • ÉgypteDestitution du président Mohammed Morsi.

sont arrêtés. Le général al-Sissi apparaît entouré de Mohamed El Baradei, ancien directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique et représentant de l'opposition au régime, ainsi que d'importantes autorités religieuses du pays. La Constitution est suspendue et la direction par intérim [...] Lire la suite

9-28 septembre 2009 • IranAnnonce par Téhéran de l'existence d'un nouveau site nucléaire.

. Le 11, la Maison-Blanche accepte d'engager un dialogue avec l'Iran tout en s'alarmant de l'avancée de ses activités nucléaires. Le 21, Téhéran dévoile, dans une lettre adressée au directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique (A.I.E.A.) Mohamed El Baradei l'existence d'un nouveau centre [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Vincent CHETAIL, « EL BARADEI MOHAMED (1942- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mohamed-el-baradei/