MOEBIUS JEAN GIRAUD dit (1938-2012)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est une double carrière qu'a menée le dessinateur Jean Giraud : sous son vrai nom ou sous le diminutif de Gir, il a réalisé des bandes dessinées d'inspiration traditionnelle et, sous la signature de Moebius, des œuvres que l'on pourrait qualifier d'art et d'essai.

Jean Giraud, dit Moebius

Jean Giraud, dit Moebius

photographie

Sous la signature de Moebius, le dessinateur Jean Giraud réalise des œuvres oniriques et fantastiques. Ici, dans son atelier à Paris en 1995. 

Crédits : E. Robert/ Sygma/ Corbis

Afficher

Après un passage par l'École des arts appliqués de Paris, Jean Giraud, né le 8 mai 1938 à Nogent-sur-Marne, réussit, à partir de 1956, à placer des bandes dessinées dans divers illustrés. Il fait la connaissance du dessinateur belge Jijé (Joseph Gillain) et devient son assistant en 1961 pour La Route de Coronado, un épisode du western Jerry Spring publié dans le journal Spirou. Jijé recommande alors Giraud au scénariste Jean-Michel Charlier, désireux de créer un western : c'est ainsi que naît en 1963, dans le journal Pilote, la série Blueberry qui, pour avoir peu à peu subverti les poncifs du genre, est aujourd'hui considérée comme le western le plus important de la bande dessinée francophone. Après la mort en 1989 de Jean-Michel Charlier, Jean Giraud va écrire lui-même les scénarios, accentuant la marginalisation du protagoniste qui, au fil des épisodes, devient presque un antihéros. Devant le succès de cette bande, des séries annexes furent créées, notamment en 1968 La Jeunesse de Blueberry, dont le scénario fut repris par François Corteggiani, et le dessin par Colin Wilson puis par Michel Blanc-Dumont.

L'année même où Jean Giraud commençait Blueberry, il se dédoublait en Moebius pour mener une carrière parallèle, d'abord avec des histoires brèves publiées dans le mensuel Hara-Kiri. Sous ce pseudonyme (qui est une allusion à la bande de papier sans fin conçue par le mathématicien allemand Möbius), il entreprend une série d'expériences graphiques et narratives très différentes, dans lesquelles l'onirisme, l'ésotérisme et le mysticisme tiennent une grande place. Major fatal (1974-1979) est un jeu de déconstruction des stéréotypes de la science-fiction. Arzach (1975-1976), récit sur un oiseau fabuleux, ne contient aucun texte. Le Garage hermétique (1976-1979) est une improvisation sur l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MOEBIUS JEAN GIRAUD dit (1938-2012)  » est également traité dans :

BANDE DESSINÉE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 17 303 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Bandes d'aventures  »  : […] éditions Eric Losfeld, et se lance en 1980 dans une version futuriste du roman de Gustave Flaubert Salammbô. Jean Giraud, dessinateur du western Blueberry, commence une carrière parallèle en prenant le pseudonyme de Moebius pour des récits fantastiques (comme la bande muette Arzach, 1975) ou de science-fiction, souvent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bande-dessinee/#i_8234

Pour citer l’article

Dominique PETITFAUX, « MOEBIUS JEAN GIRAUD dit (1938-2012) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/moebius/