MISE EN SERVICE DU T.G.V.

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

photographie : TGV Paris-Sud-Est

TGV Paris-Sud-Est

La première génération de trains à grande vitesse (TGV) est caractérisée notamment par sa couleur orange (ici vue de trois motrices en gare). Le premier TGV à être mis en service commercial est le TGV Paris-Sud-Est qui, le 27 septembre 1981, a relié les villes de Paris et Lyon en... 

Afficher

La mise en service partielle du train à grande vitesse (TGV) Paris-Sud-Est, le 27 septembre 1981, reliant alors Paris à Lyon en deux heures quarante minutes, fait renaître le chemin de fer français et européen à une époque où ce mode de transport est quelque peu délaissé au profit de l'avion. Objet d'essais depuis des décennies – notamment en France avec des vitesses à 331 km/h en 1955 –, le concept de train à grande vitesse n'est conforté qu'en 1964 avec la mise en service du Shinkansen, au Japon, circulant à 210 km/h – dès 1967, des trains classiques atteignaient 200 km/h sur le réseau français.

Le TGV est d'abord un « système » : la conception des nouvelles rames nécessite des ateliers spéciaux pour assurer l'entretien ; l'exploitation des rames intègre la régulation de l'énergie et des circulations. Avec un record à 574,8 km/h en avril 2007 et une vitesse commerciale de 320 km/h, le TGV n'est pas réservé à une clientèle spécifique.

Pour atteindre de telles vitesses, la construction de lignes nouvelles s'est imposée, notamment à cause du franchissement des courbes (qui, à cette vitesse, demande de grands rayons de courbure de l'ordre de 4 000 mètres). Appelées LGV (lignes à grande vitesse), elles sont greffées au réseau classique (même écartement), ce qui permet aux TGV d'emprunter les lignes existantes pour pénétrer dans les grandes villes en prolongement de leur parcours à grande vitesse.

Le succès de ce moyen de transport a été immédiat : le TGV Paris-Sud-Est a transporté 15 millions de voyageurs la première année. Depuis lors, d'autres lignes se sont ouvertes : LGV-Atlantique en 1989, LGV-Nord en 1993, LGV-Méditerranée en 2001, LGV-Est européenne en 2007 et 2016, LGV Rhin-Rhône en 2011, LGV Sud Europe Atlantique (SEA) et LGV Bretagne-Pays de la Loire en 2017. Le TGV a même franchi très vite les frontières et, moyennant des développements techniques compatibles avec les réseaux étrangers limitrophes, il dessert l'Allemagne, la Belgique et les Pays-Bas (notamment sous la marque Thalys), le Royaume-Uni (Eurostar), la Suisse (Lyria) et l'Italie (TGV InOui classique). Le TGV est aussi présent dans trois autres pays – Monaco, Luxembourg et Espagne – mais il n’y circule pas à grande vitesse.

En France, ce système transporte 58,6 milliards de voyageurs-kilomètre par an à la fin des années 2010 (soit dix fois plus de voyageurs que le réseau classique) sur un réseau à grande vitesse totalisant 12 542 kilomètres (dont 2 814 kilomètres de LGV).

—  Clive LAMMING

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur en histoire, professeur agrégé hors classe, lauréat de l'Académie française

Classification

Les derniers événements

6 mai 1994 France – Royaume-Uni. Inauguration du tunnel sous la Manche

La mise en service était prévue pour septembre 1993. Elle devrait avoir lieu progressivement avant la fin de l'année 1994. Le coût initial prévu de quelque 50 milliards de francs a doublé durant les travaux. 20 p. 100 du financement ont été fournis par les actionnaires d'Eurotunnel, le reste par un consortium de banques. Creusés à 40 mètres sous le fond de la mer, les tunnels qui relient les terminaux de Calais et de Folkestone sont longs de 50,5 km – la distance entre les deux côtes est à cet endroit de 38 kilomètres. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Clive LAMMING, « MISE EN SERVICE DU T.G.V. », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mise-en-service-du-t-g-v/