Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GLASER MILTON (1929-2020)

Le graphiste Milton Glaser est né 26 juin 1929 à New York où il a suivi les cours de la Cooper Union Art School. Dès sa sortie de cette école, il prend l'habitude de travailler avec un certain nombre d'anciens élèves. Le groupe prend le nom de Push Pin et édite le Push Pin Almanack. Cette association, dans laquelle Milton Glaser et Seymour Chwast font rapidement figure de leaders, devient une entreprise qui prend en charge tous les problèmes de communication nécessitant une intervention graphique. Avec Clay Felker, il cofonde le New York Magazine (1968), crée le graphisme de plusieurs magazines (The Nation, L’Express, Esquire) et modifie la maquette de Paris-Match. En 1983, il est cofondateur (avec Walter Bernard) de WBMG, qui conçoit la ligne graphique de plus de cinquante magazines, journaux et périodiques dans le monde entier.

<em>Campari</em>, M. Glaser

Campari, M. Glaser

C'est d'un séjour que fit Milton Glaser en Italie, séjour au cours duquel il travailla à l'Académie des beaux-arts de Bologne sous la direction du peintre Giorgio Morandi, que date sa fascination pour Piero della Francesca. Il avait admiré chez ce peintre « la clarté géométrique, [la] précision et [le] sens de l'inévitable ». Mais il se sent également attiré par le « désordre expressionniste ». Ses réalisations sont en effet marquées par cette double polarisation. On ne peut parler d'évolution à propos de Glaser. Dans son œuvre alternent la précision extrême – comme dans l'afficheWeltpartag (1975) où il utilise trente-six couleurs ! – et le flou – comme dans cette autre affiche des Toys by Artists (1973) réalisée pour le musée des Arts décoratifs de Paris – où le sujet est traité à l'aide de taches de couleur. Milton Glaser ne se limite pourtant pas à ces deux aspects, il peut également se révéler très proche de Matisse comme dans l'affiche qu'il a réalisée pour son exposition organisée par les Musées royaux des beaux-arts de Belgique (1976).

Dans Discover Wolf Trap Music Festival (1975), il marque la diversité des interventions musicales en juxtaposant des figurines qui donnent à l'ensemble de l'affiche l'allure d'une image populaire traditionnelle. Il crée également une série d'affiches d'une grande diversité pour faire connaître la School of Visual Arts de New York où sa femme et lui-même enseignent.

On ne peut pas parler de mimétisme à son propos, car, si Milton Glaser subit des influences, il domine parfaitement ses sujets. Artiste en communication, sa démarche est très différente de celle d'un peintre : il ne fait pas ses choix en fonction d'une matière brute – couleur à l'huile, gouache, mine de plomb, etc. – mais en puisant dans un large répertoire de formes : œuvres d'art, imagerie populaire, jeux (l'image du damier, par exemple), typographie, calligraphie, etc. Ses réalisations s'étendent au design : restaurants, emballage de produits alimentaires, signalétique et conception thématique et graphique pour la rénovation de la Rainbow Room au Rockefeller Center à New York. Pour l’État de New York, il crée le logo bicolore « I Love NY [I❤NY] » (1976). Et pourtant, au terme de ses réalisations, son style, en dépit de ses emprunts, demeure reconnaissable entre tous grâce à la manière insolite et extrêmement originale avec laquelle il résout les problèmes posés. On ne peut qu'être frappé, en effet, par l'étrangeté de beaucoup de ses œuvres. Il utilise souvent un grand nombre de couleurs non pour obtenir des effets éclatants mais, au contraire, pour assourdir ses compositions et les envelopper dans une atmosphère insolite. Son chef-d'œuvre demeure le portrait de Bob Dylan (1966), où le profil du chanteur-compositeur est traité entièrement en noir alors que la chevelure, éclatante comme une vision psychédélique, se développe en ondulations blanches, rouges, vertes, bleues...[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

<em>Campari</em>, M. Glaser

Campari, M. Glaser

Autres références

  • AFFICHE

    • Écrit par Michel WLASSIKOFF
    • 6 817 mots
    • 12 médias
    ...disques, illustrations de presse à de multiples sources : art populaire américain, gravures du xixe siècle, enseignes commerciales ou bandes dessinées. Milton Glaser, avec son affiche de Bob Dylan (1966), ouvre l'ère du poster, alors que End Bad Breath de Seymour Chwast incarne, l'année suivante,...
  • GRAPHISME

    • Écrit par Michel WLASSIKOFF
    • 7 454 mots
    • 3 médias
    ...le style international, un nouveau lyrisme se fait jour, dont le graphiste américain Herb Lubalin et le Push Pin Studio à New York (Seymour Chwast, Milton Glaser, Edward Sorel) sont les principales figures. Le premier explore l'éclectisme typographique dans les mises en pages du Saturday Evening...

Voir aussi