ZOCHTCHENKO MIKHAÏL MIKHAÏLOVITCH (1895-1958)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né dans une famille noble cultivée d'Ukraine, Zochtchenko, engagé volontaire de la Première Guerre mondiale, blessé et gazé, connut la guerre civile, qu'il fit dans l'Armée rouge, puis une période de multiples activités et professions. Il fit ses débuts littéraires à Pétrograd en 1921, dans le cadre du groupe des Frères Sérapion. Prosateur comme la plupart des autres Sérapion, il se singularise tant par le succès extraordinaire qu'il rencontre immédiatement que par le caractère humoristique et satirique de son œuvre. La forme utilisée par Zochtchenko est le conte à la manière de Tchekhov. Zochtchenko élabore dès son premier grand recueil, Les Récits de M. Sinebrioukhov (Raskazy Nazara Iliča gospodina Sinebrjukhova, 1922), sa manière propre : le héros, personnage de condition médiocre ballotté par les événements, est lui-même le conteur. L'humour provient du décalage entre la médiocrité et la mesquinerie de ce héros et sa prétention à philosopher, entre les éléments de langage populaire et les formules prétentieuses employées à contresens. De plus l'auteur n'intervient pas, et c'est le héros lui-même qui se trahit, même et surtout lorsqu'il dit le contraire de ce qu'il pense.

La réalité quotidienne, celle de la N.E.P. d'abord, celle de la vie soviétique et de son administration ensuite permettront à Zochtchenko de suivre son héros favori, l'homme de la rue. En le plaçant dans des situations habituelles, mais dont le comique est poussé jusqu'au grotesque, il souligne sa vulgarité, dont il fait, comme Gogol, une des caractéristiques de l'homme. Profondément pessimiste, Zochtchenko dénonce les travers humains, mais son ironie est fortement teintée d'indulgence, voire de tendresse ; ce qui a fait dire parfois à la critique soviétique que Zochtchenko noircissait la réalité, mais aussi qu'il était du côté des petits-bourgeois. Le conte de Zochtchenko dénonçant la bureaucratie et ses méfaits prend parfois la forme du feuilleton, traitant de manière satirique un problème quotidien. Si Zochtchenko est un écrivain très fécond dans les [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud, maître assistant à l'université des langues et lettres de Grenoble

Classification


Autres références

«  ZOCHTCHENKO MIKHAÏL MIKHAÏLOVITCH (1895-1958)  » est également traité dans :

JDANOVISME

  • Écrit par 
  • Alexis BERELOWITCH
  •  • 608 mots

Jdanov, secrétaire du comité central et membre du bureau politique du Parti communiste d'Union soviétique, plus spécialement chargé du domaine culturel, avait fixé, sous leur forme la plus extrême, un certain nombre de principes de la politique culturelle du Parti communiste pendant la période stalinienne. C'est l'ensemble de cette doctrine, dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jdanovisme/#i_1093

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 103 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La littérature de la révolution »  : […] Trois ans de guerre civile consomment la rupture avec le passé. La majorité des écrivains connus, en particulier les prosateurs réalistes, liés à la gauche libérale ou révolutionnaire (Bounine, Kouprine, Léonide Andréïev, et même Gorki), voient dans le coup d'État de Lénine la ruine des espoirs démocratiques nés de la révolution de février. La plup […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-la-litterature/#i_1093

Pour citer l’article

André RADIGUET, « ZOCHTCHENKO MIKHAÏL MIKHAÏLOVITCH - (1895-1958) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 31 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mikhail-mikhailovitch-zochtchenko/