VÖRÖSMARTY MIHÁLY (1800-1855)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Le Vieux Tzigane » (1849-1855)

Pendant la révolution de 1848, Vörösmarty, toujours fidèle à la politique de Kossuth, est nommé député et après l'écrasement du soulèvement il doit se réfugier dans la clandestinité. Gracié, il se retire sur ses terres, et, désargenté, il connaît la misère tant physique que morale ; c'est un vieillard précoce, dont la raison vacille, que la mort emportera, à Pest. Vörösmarty n'écrit que très peu pendant ces années sombres : quelques grands poèmes, mais tous dignes d'un Hölderlin touché par la folie. Ce sont les imprécations du roi Lear que retrouve alors le traducteur de la tragédie de Shakespeare pour fustiger le traître ; les visions apocalyptiques d'un expressionnisme à venir surgissent en lui pour peindre les désastres de la guerre : Előszó, 1851 (Préface) ; et dans sa dernière poésie achevée, A vén cigány, 1854 (Le Vieux Tzigane), en partant du genre de la chanson à boire et en dialoguant avec son double souffre-douleur, il réinvente, en guise de dernier message hallucinant et énigmatique, le mythe romantique d'une destruction et d'une rédemption, à la fois, de l'individu, de la nation et de l'univers.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  VÖRÖSMARTY MIHÁLY (1800-1855)  » est également traité dans :

HONGRIE

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Lorant CZIGANY, 
  • Albert GYERGYAI, 
  • Pierre KENDE, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Fridrun RINNER
  • , Universalis
  •  • 32 158 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Trois prospecteurs de génie »  : […] Trois poètes règnent successivement pendant plus d'un demi-siècle sur le cœur et l'esprit des lecteurs hongrois. Mihály Vörösmarty (1800-1855) est l'auteur de poèmes lyriques et épiques dont la musique et le fonds spirituel peuvent se comparer aux chants de Hugo, de Vigny, de Shelley et de Hölderlin ; son Appel ( Szózat ) au peuple hongrois, devenu chant national à côté de l'hymne de Kölcsey, exp […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gyula SIPOS, « VÖRÖSMARTY MIHÁLY - (1800-1855) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mihaly-vorosmarty/