MICROCOSMOS (C. Nuridsany et M. Pérennou)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dès les débuts du cinéma, les cinéastes ont été attirés par ce que révèle à l'œil, grâce au relais de l'objectif photographique, la part du règne animal ou végétal qui échappe à la vision normale. Insectes, arachnides, poissons minuscules, crustacés laissent entrevoir à la fois des splendeurs de formes et de couleurs et un univers de créatures inquiétantes, ou pour le moins étranges. L'approche scientifique, qui a stimulé les premières tentatives (dès 1898, Charles Pathé avait créé dans ses studios de Vincennes un laboratoire de prise de vue scientifique, consacré aux vues ultramicroscopiques réalisées par le Dr Comandon), n'a pas empêché la poésie de recouvrer ses droits, comme l'atteste le célèbre Hippocampe, réalisé par Jean Painlevé en 1934. Accompagné d'une musique de Darius Milhaud, le film enthousiasma les surréalistes. Le dépassement des fonctions sensorielles de l'homme a, en d'autres domaines, fait naître bien des espoirs de découverte d'un ailleurs. Les grands documentaristes (Vertov, Flaherty, Perrault, Marker) ont, chacun à sa manière, reconnu que la projection des premières prises leur révélait ce qu'ils n'avaient pas vu au tournage. La machine est plus qu'un prolongement de nos sens.

À l'opposé du film scientifique, cette intrusion à notre échelle de tout un bestiaire à peine soupçonné a stimulé l'imagination et a réactivé d'anciennes légendes peuplées de monstres. La science-fiction américaine a imaginé des insectes ou autres animaux de petite taille devenus géants à la suite de quelque mutation ou invasion extraterrestre et affrontant les hommes, comme dans Them! (Des monstres attaquent la ville, Gordon Douglas, 1953), à moins que ces derniers, nouveaux Gulliver condamnés à rétrécir, ne se retrouvent désemparés devant de formidables adversaires. Et n'oublions pas ce que la découverte des sociétés complexes et immuables des abeilles ou des fourmis a inspiré à la sociologie-fiction.

Cette double fascination, scientifique et imaginaire, se retrouve en un subtil dosage d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : écrivain et critique de cinéma, ancien chargé de cours à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot, docteur de troisième cycle, université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification

Pour citer l’article

Guy GAUTHIER, « MICROCOSMOS (C. Nuridsany et M. Pérennou) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/microcosmos/