BLAZY MICHEL (1966- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À contre-courant de la conception répandue d’un art pérenne, Michel Blazy propose depuis les années 1990 un art qui semble plutôt appelé à disparaître. C’est avec des matériaux qui composent notre quotidien que l’artiste a choisi de travailler. Se définissant comme sculpteur, il revendique une confrontation avec la matière et privilégie des matériaux périssables et consommables qui appartiennent au registre de l’alimentaire (purée de carottes, concentré de tomates, flocons de pommes de terre, vermicelles de soja, crème dessert, bonbons…), de l’hygiène ou de l’entretien (papier toilette, papier essuie-tout, savon, bain moussant) dont l’utilisation courante a banalisé l’existence.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences en histoire de l'art contemporain à l'université Marc-Bloch de Strasbourg, habilitée à diriger des recherches, critique d'art

Classification


Autres références

«  BLAZY MICHEL (1966- )  » est également traité dans :

SCULPTURE CONTEMPORAINE

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 066 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un art du temps »  : […] La singularité la plus marquante de la sculpture contemporaine demeure peut-être cachée : c’est son rapport spécifique au temps, qui se révèle en fait un véritable matériau que travaillent les sculpteurs, voire l’objet même de leur quête esthétique. Anne et Patrick Poirier ont fait de ce sujet le fil rouge de leur invention plastique, commencée avec Ostia […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sculpture-contemporaine/#i_55556

Voir aussi

Pour citer l’article

Valérie DA COSTA, « BLAZY MICHEL (1966- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-blazy/