MENDOZA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

carte : Argentine : carte administrative

Argentine : carte administrative

Carte administrative de l'Argentine. 

Afficher

Oasis et ville subandine, chef-lieu d'une province homonyme de 148 827 kilomètres carrés et comptant 1 579 651 habitants lors du recensement de 2001, Mendoza oriente et anime le développement des régions sèches de l'Argentine subandine, de Jujuy au río Negro. Elle a atteint, en effet, une maîtrise réelle des techniques d'aménagement et de production en domaine irrigué puisque l'agglomération, qui comptait 848 660 habitants en 2001, est la métropole incontestable des riches périmètres développés depuis 1880 au pied des Andes du Cuyo. La ville s'étend, à 700 mètres d'altitude, sur le glacis de la précordillère et sur le rebord septentrional du cône construit puis entaillé par le río Mendoza. C'est une ville aérée, au dessin orthogonal souligné de milliers d'arbres baignés par les rigoles d'irrigation : la cité coloniale — qui vit se préparer l'expédition transandine libératrice du général San Martín — a été totalement détruite par le séisme de 1861.

Bien située au débouché de l'unique voie de passage permanente vers le Chili et à la tête de ce qui fut, longtemps, l'unique liaison routière vers la Pampa et Buenos Aires, Mendoza maîtrise l'ensemble des fonctions et des moyens d'une grande métropole régionale. Elle a su notamment retenir une population que la relative prospérité du Cuyo n'incite pas à émigrer. Disposant d'industries (pétrochimie, mécanique), elle est avant tout le grand centre de distribution d'une riche région agricole produisant fruits, légumes et céréales ; surtout, elle est la capitale viticole et vinicole de l'Argentine. Elle est également un centre culturel et universitaire important.

—  Romain GAIGNARD

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Écrit par :

  • : maître assistant des facultés des lettres et sciences humaines, professeur à l'université nationale de Cuyo-Mendoza, Argentine

Classification

Autres références

«  MENDOZA  » est également traité dans :

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 36 989 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le piémont andin et les oasis »  : […] Au pied des Andes arides, les villes coloniales de Mendoza et de San Juan sont nées dans des oasis irriguées par les cours d'eau descendant de la cordillère des Andes. Terroirs d'agricultures minutieuses, elles ont connu un fort développement avec l'arrivée du chemin de fer, en 1885, permettant de vendre à Buenos Aires leurs vins et leurs fruits. Les grands domaines viticoles, jadis possédés par […] Lire la suite

Les derniers événements

6 juin 2021 Mexique. Élections législatives.

La coalition d’opposition C’est pour le Mexique, constituée du Parti d’action nationale (PAN, droite) de Marko Cortés Mendoza, du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI, centre), unis pour la première fois, et du Parti de la Révolution démocratique (PRD) progresse avec 39,6 % des voix et 197 élus. Le taux de participation est de 52,3 %. Le Morena et ses alliés remportent également 11 des 15 postes de gouverneur à pourvoir, contrôlant désormais 17 des 32 États fédérés. […] Lire la suite

5 juin 2016 Pérou. Élection de Pedro Pablo Kuczynski à la présidence.

La candidate de la coalition de gauche Verónika Mendoza, éliminée au premier tour en avril, avait appelé à voter pour Pedro Pablo Kuczynski. Largement en tête au premier tour, la fille de l’ancien dictateur Alberto Fujimori a notamment pâti de la divulgation de l’enquête sur le secrétaire général de son parti, Force populaire, menée par l’agence américaine de lutte contre la drogue. […] Lire la suite

10 avril 2016 Pérou. Premier tour de l'élection présidentielle.

Verónika Mendoza, candidate de la coalition du Frente amplio (Front élargi, gauche), obtient 18,7 p. 100 des suffrages. Le taux de participation est de 81,8 p. 100. Le président sortant Ollanta Humala ne pouvait se représenter. Le père de Keiko Fujimori, l’ancien président Alberto Fujimori, auteur d’un coup d’État en avril 1992, a été condamné en avril 2009 à vingt-cinq ans de prison pour violation des droits de l’homme. […] Lire la suite

13 mai 2013 Philippines. Victoire du parti au pouvoir aux élections législatives

Mendoza obtient 17,5 p. 100 des voix et a 43 élus, le Parti de l'unité nationale (centre droit) de Pablo P. Garcia, fondé en 2011 par des transfuges du parti Lakas, obtient 8,6 p. 100 des suffrages et 24 sièges, et le Parti nationaliste (centre droit) de Manuel Villar 8,5 p. 100 des suffrages et 17 élus. Benigno Aquino et ses alliés confortent leur majorité à la Chambre des représentants et la conquièrent au Sénat. […] Lire la suite

6-26 janvier 2000 Équateur. Destitution du président Jamil Mahuad

Tandis que Jamil Mahuad abandonne le palais présidentiel, un triumvirat se met en place, composé du ministre de la Défense et chef d'état-major de l'armée, le général Carlos Mendoza, du président de la Confédération des nations indigènes d'Équateur, Antonio Vargas, et de l'ancien président de la Cour suprême, Carlos Solorzano. Mais bientôt le général Mendoza annonce sa démission et le triumvirat, émanation du soulèvement indien, se dissout. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Romain GAIGNARD, « MENDOZA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mendoza/