Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MELTING POT

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Titre d'un livre de l'écrivain anglais Israel Zangwill, publié en 1908 et traduit en français sous le titre Le Creuset. L'expression Melting Pot a popularisé une notion aussi vieille que les États-Unis eux-mêmes. Déjà à la fin du xviiie siècle, un Français d'Amérique, Hector Saint-John de Crèvecœur (1735-1813), écrivait en effet des Américains : « Ils sont un mélange d'Anglais, d'Écossais, d'Irlandais, de Français, de Hollandais, d'Allemands et de Suédois. De ce fonds humain bigarré, cette race qu'on appelle les Américains est née. » Un siècle plus tard, la poétesse américaine Emma Lazarus (1849-1887) exprimait une pensée semblable ; son poème The New Colossus est gravé au pied de la statue de la Liberté.

D'après cette conception, l'environnement compte plus que l'hérédité. Quelles que soient ses origines, l'immigrant dépouille le vieil homme une fois qu'il a débarqué sur les rivages américains ; il s'assimile complètement à la culture américaine.

Pousser à bout cette thèse reviendrait à nier certaines caractéristiques de la société américaine. Chaque groupe ethnique conserve pendant un certain temps ses particularités et finit par les transmettre, en partie du moins, à la société tout entière ; le pluralisme culturel est une réalité et un objectif de la civilisation des États-Unis. Les résistances à l'immigration ont, de plus, toujours existé ; elles se sont avivées au début du xxe siècle pour aboutir, entre 1921 et 1929, à l'établissement des lois sur les quotas ; pour les adversaires de l'immigration illimitée, l'hérédité est plus forte que l'environnement. Le melting pot, le creuset est un de ces mythes qui, à telle ou telle époque, ont alimenté le « rêve américain ». Et si le creuset a fonctionné, ce ne fut pas sans difficultés ni ratés (que l'on pense aux Noirs, aux Indiens, aux Mexicains, aux Chinois).

— André KASPI

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'histoire de l'Amérique du Nord à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Pour citer cet article

André KASPI. MELTING POT [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

    • Écrit par , et
    • 18 105 mots
    • 9 médias
    Ces vagues multiples ont déterminé, dans l'Amérique forte de 713 millions d'habitants (environ 13,5 p. 100 de la population mondiale), un mélange de races et de peuples unique au monde. Mais si l'Amérique du Nord est le creuset des peuples, l'Amérique latine est celui des races.
  • ASSIMILATION SOCIALE

    • Écrit par
    • 9 403 mots
    ...impose en quelque sorte un ensemble de caractéristiques. C'est grâce à ce facteur, en même temps que grâce au premier, l'acculturation, que le concept du melting pot, du « creuset », que l'on trouve dans les études consacrées à l'américanisation, s'est imposé. On a été amené à penser que l'existence de communautés...
  • ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Géographie

    • Écrit par , et
    • 19 922 mots
    • 19 médias
    Des premiers Amérindiens aux Asiatiques d'aujourd'hui, les États-Unis sont nés de différentes vagues d'immigration originaires du monde entier. Les premiers pèlerins européens qui y trouvèrent refuge ont voulu construire une terre d'accueil pour tous les peuples opprimés. Ce mythe fondateur de la nation...
  • NEW YORK

    • Écrit par
    • 8 318 mots
    • 10 médias
    New York, plus que n'importe quelle autre ville des États-Unis, peut se présenter comme le modèle de la ville melting-pot (« creuset »), un terme inventé en 1908 par le dramaturge Israel Zangwill, qui estimait qu'il était important que les immigrés prennent leurs distances par rapport à leurs cultures...