ROSSO MEDARDO (1858-1928)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sculpteur italien, né à Turin. En 1918, un an après la mort de Rodin, Guillaume Apollinaire écrivait qu'il voyait en Medardo Rosso « [...] sans aucun doute le plus grand sculpteur vivant [...] ». L'hommage était probablement hyperbolique, mais, dans les cercles attentifs au développement du modernisme, il traduisait le renom d'un sculpteur dont la production, bien que restreinte, fascina ses contemporains, artistes, poètes et collectionneurs d'avant-garde.

Rosso eut une carrière fort peu officielle qui se déroula en Italie et en France. Ses premières études académiques, faites avant 1880, furent rapidement estompées par l'attirance qu'il exprima pour des sujets humains observés de près et pour les effets de textures appuyés qui intéressaient alors les sculpteurs du vérisme italien. À ce moment, le portrait et la statuette apparaissent chez Rosso comme deux genres d'élection, mais une œuvre funéraire puissante, Le Dernier Baiser (1882, détruite), indique que Rosso ne rejetait pas pour autant le pathétique de l'art monumental. Les rapports personnels et artistiques qu'il entretint lors de ses débuts à Paris en 1884 avec les sculpteurs français, Dalou et particulièrement Rodin, sont probables mais non attestés. Une rivalité artistique s'ensuivit avec Rodin dans les années 1890 ; elle est encore difficile à apprécier, faute de documents, mais elle fut signalée par plusieurs témoins. Rosso évoquera longtemps la dette artistique qu'il pensait que Rodin avait contractée à son égard en adoptant ses propres effets de flou et de silhouettes. Rodin, bien que peu enclin à vanter l'art des autres sculpteurs, fera souvent l'éloge de l'art de Rosso.

Gavroche, M. Rosso

Gavroche, M. Rosso

Photographie

Medardo Rosso, Gavroche, vers 1883. Bronze. Hauteur: 30,5 cm, largeur: 31 cm, profondeur: 20 cm. 

Crédits : N. Carrieri/ De Agostini/ Getty Images

Afficher

Fréquemment rejeté par les jurys dans de grandes expositions italiennes à partir des années 1880, Rosso revint à Paris en 1889 et commença à être remarqué par des collectionneurs et des marchands avertis. À partir de cette date, sa production fut reconnue dans plusieurs expositions en Europe. Bien que des pièces importantes soient aujourd'hui perdues, l'œuvre de Rosso se réduit à un nombre restr [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Californie, Berkeley (États-Unis)

Classification

Pour citer l’article

Jacques de CASO, « ROSSO MEDARDO - (1858-1928) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/medardo-rosso/