ESCHER MAURICE CORNELIS (1898-1972)

Le Néerlandais Maurits Cornelis Escher apprend la gravure à Haarlem, chez un maître réputé. Mais très tôt, il est attiré par l'Italie, où il séjourne longuement : il habitera Rome de 1925 à 1935. Sa première exposition a d'ailleurs lieu à Sienne, en 1923. Il devient rapidement un bon technicien de la gravure sur bois — procédé alors très en vogue, en particulier dans l'illustration des textes littéraires. Ses paysages et ses allégories témoignent d'une rigueur et même d'une rigidité qui les rapprochent de l'art héraldique. Les sujets sont comme isolés, enfermés dans des contours extrêmement précis. La fascination qu'exercent sur lui les mosaïques et carrelages de l'Alhambra de Grenade mettra fin à ces compositions hiératiques et, à partir de 1936, Escher réalise ce que lui-même appelle des « remplissages »... qui feront son succès.

Symétrie, répétition, transformation, passage d'une forme à une autre, telles sont les préoccupations sous-jacentes à des œuvres qui exercent une grande fascination parce qu'elles combinent tous les moyens connus de mise en relation des objets dans l'espace selon des rapports inédits. « La notion de relations entre la surface et l'espace est pour moi source d'émotions, et l'émotion engendre une très forte impulsion — ou tout au moins un stimulant — à créer une image. »

Il n'y a apparemment pas de rapport entre les images isolées, hiératiques, que Escher a toujours produites, et ces trames de transformations où, comme prises au piège, des figures souvent animales se métamorphosent sous nos yeux. Cette relation entre les deux aspects de l'activité graphique d'Escher existe pourtant ; elle est de l'ordre de la complémentarité. Face à ces images qu'il tend à isoler dans leurs différences, l'artiste est tenté de jouer de cette différence pour provoquer des similitudes. Ainsi, il met en présence deux formes qui représentent des milieux aussi différents que l'eau et l'air, et grâce à un jeu de pleins (les formes définies) et de vides (l'espace entre le [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Marc THIVOLET, « ESCHER MAURICE CORNELIS - (1898-1972) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-cornelis-escher/