RICCI MATTEO (1552-1610)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Missionnaire italien en Chine, dont l'attitude vis-à-vis des coutumes religieuses locales donna naissance à ce l'on appela la « querelle des rites ». Né à Macerata, novice jésuite à Rome en 1571, Matteo Ricci s'embarque à Lisbonne en 1578, et est ordonné prêtre à Cochin (Inde) en 1580. Il gagne le Guangdong et s'arrête à Macao en 1582 ; il arrive en 1583 avec Ruggieri à Canton, puis à Shiuhing (Zhaoqing), première résidence des Jésuites en Chine ; mais il est expulsé et arrive à Shiuchow (Shaozhou) en 1589. Ricci s'avance jusqu'à Nankin en 1595, mais il est refoulé sur Nanchang, au Jiangxi. Supérieur de la mission de Chine d'août 1597 jusqu'à sa mort, il tente, en 1598, un premier voyage à Pékin, s'arrête en 1599-1600 à Nankin où on le tient pour shengren (sage, saint). Sur convocation impériale, il gagne enfin Pékin en 1601. À sa mort, l'empereur lui concède une tombe (à Zhala), ce geste étant une sorte de reconnaissance légale des Jésuites. La requête de Ricci au haidao de Canton dit que ceux-ci sont des « religieux ayant quitté leur pays sur la renommée du bon gouvernement de la Chine pour y demeurer et mourir ». Pour gagner l'estime, il invente et fournit des horloges sonnantes et des instruments d'astronomie, de musique, procure des livres. Sa mappemonde (1584) obtient un grand succès. Il étudie les classiques d'avant Zhu Xi et montre la conformité de la loi de Dieu avec les enseignements des anciens sages. Il veut prouver que la religion chrétienne n'est pas étrangère et qu'elle achève ce que les Chinois ont de meilleur. Il a pris l'habit des lettrés, maîtrise leur langue, converse avec eux, publie des livres. Son catéchisme Tianzhu shiyi remporte un franc succès. Le P. Bouvet estime que ce livre décida Kangxi à promulguer l'édit de 1692 en faveur du christianisme.

—  Joseph DEHERGNE

Écrit par :

  • : docteur de l'université de Paris, archiviste des Jésuites de la province de Paris

Classification

Autres références

«  RICCI MATTEO (1552-1610)  » est également traité dans :

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les premières influences occidentales »  : […] On peut se demander si et dans quelle mesure l'influence de l'Occident par l'intermédiaire des missionnaires jésuites a joué un rôle dans ce qu'on a pu appeler la « renaissance » chinoise de l'époque mandchoue. La plupart des historiens chinois sont enclins à la nier, tandis que certains auteurs occidentaux veulent expliquer tout le mouvement des idées sous les Qing par l'impulsion reçue du père […] Lire la suite

JÉSUITES ou COMPAGNIE DE JÉSUS

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU, 
  • Universalis
  •  • 4 381 mots

Dans le chapitre « Les rites chinois »  : […] L'attitude des jésuites vis-à-vis des rites chinois apparut comme une nouvelle preuve de leur laxisme. Héritiers de l'optimisme humaniste, ils croyaient à une révélation primitive dont les peuples païens conservaient des éléments. Ils apercevaient des similitudes entre Ancien Testament et croyances chinoises. Ils jugeaient aussi que la grâce qui convertit passe par le canal des moyens humains, le […] Lire la suite

VALIGNANO ALESSANDRO (1539-1606)

  • Écrit par 
  • Joseph DEHERGNE
  •  • 484 mots

Jésuite italien né à Chieti (Abruzzes), Valignano joua un rôle de premier plan dans l'action missionnaire en Inde, en Chine et au Japon. Après avoir été reçu docteur en droit à l'université de Padoue, il entre au noviciat de la Compagnie de Jésus à Rome en 1566. Devenu maître des novices, il y connaît Matteo Ricci. Nommé par Aquaviva visiteur — avec les pouvoirs du général — de toutes les missions […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joseph DEHERGNE, « RICCI MATTEO - (1552-1610) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/matteo-ricci/