ÉNARD MATHIAS (1972- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après une jeunesse tranquille à Niort, où il est né le 11 janvier 1972, Mathias Énard étudie l’histoire de l’art à l'École du Louvre, l’arabe et le persan à l’Inalco. Il fait de longs séjours au Moyen-Orient : Beyrouth et Damas en 1991, Téhéran en 1993, le djebel Druze en Syrie en 1996, où il enseigne le français pendant son service militaire. Puis il s’installe à Barcelone en 2000, abandonne sa thèse pour enseigner l’arabe et publier des traductions. Il vit quelque temps à Berlin et à Paris. Pensionnaire de la Villa Médicis en 2005-2006, il participe à la constellation d'écrivains à géométrie variable (Bruce Bégout, Arno Bertina, Claro, Maylis de Kerangal, Hélène Gaudy, Oliver Rohe…) qui se constitue en 2004 autour de la revue et des éditions Inculte. Une école de liberté stimulante, qui met en œuvre des exigences collectives et utopiques pour renouveler la littérature : rapports entre fiction et documents, curiosité pour la traduction des littératures étrangères. Passionné d’art contemporain, il crée en 2011 les éditions et la galerie Scrawitch.

Mathias Énard

Photographie : Mathias Énard

Photographie

De Rue des voleurs à Boussole, le voyage chez Mathias Énard se fait aventure, dérive mais surtout périple intérieur. Longuement sillonnés, questionnés jusque dans la violence qui les habite, Orient et Occident se révèlent des territoires de l'âme. 

Crédits : Basso Cannarsa/ Opale/ Leemage/ Bridgeman Images

Afficher

Une phrase voyageuse

En 2003, Mathias Énard publie chez Actes Sud un premier roman, La Perfection du tir. Sa première phrase : « Le plus important, c’est le souffle ». Ses romans n’ont cessé depuis de le prouver en trouvant leur rythme propre ; ici, les phrases scandées de virgules du monologue sous adrénaline d’un sniper, dans une ville sans nom, mélange de Beyrouth, Dubrovnik et Sarajevo. Bréviaire des artificiers (2007) revient sur cette mémoire des conflits pour explorer, avec un humour grinçant et une érudition hétéroclite – entre alchimie et situationnisme, La Fontaine et Star Wars – l’art très particulier du terrorisme.

Zone (2008) est un roman-fleuve composé d’une seule phrase de 506 pages, nombre qui correspond aux kilomètres parcourus. Là encore, les références intertextuelles abondent, revendiquées, comme L’Iliade d’Homère et La Modification de Butor, ou plus subtiles, comme Cendrars et « Zone » d’Apollinaire. Les premiers mots, « tout est plus difficile à l'âge [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : agrégée de lettres, docteure ès lettres, conservatrice à la Bibliothèque nationale de France

Classification

Autres références

«  ÉNARD MATHIAS (1972- )  » est également traité dans :

BOUSSOLE (M. Énard) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Véronique HOTTE
  •  • 1 021 mots

Né à Niort en 1972, Mathias Énard s’initie à l’art islamique à l’École du Louvre. Diplômé d’arabe et de persan à l’Institut national des langues et civilisations orientales, le jeune chercheur séjourne au Moyen-Orient, à Téhéran, Damas, Beyrouth, Le Caire, Tunis, Venise et Rome, avant de s’installer en 2000 à Barcelone. Là, entre traductions et autres […] Lire la suite

ROMAN - Le roman français contemporain

  • Écrit par 
  • Dominique VIART
  •  • 8 085 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L’Histoire revisitée »  : […] C'est ce matériau désastreux, mixte de totalitarismes meurtriers, d'utopies dévoyées, de révolutions avortées qui obsède les œuvres de Sylvie Germain ( Le Livre des nuits , 1985 ; Nuit d'ambre , 1987 ; Jours de colère , 1989), dont la démesure lyrique est imprégnée de mysticisme et de légendaire ; celles plus sombres encore, mais plus ironiques aussi, d'Antoine Volodine et de quelques autres roma […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christine GENIN, « ÉNARD MATHIAS (1972- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mathias-enard/