CONDÉ MARYSE (1937- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Romancière guadeloupéenne née le 11 février 1937 à Pointe-à-Pitre.

Maryse Condé, née Boucolon, écrit son premier roman à l'âge de onze ans. Dans la tourmente politique des années 1960-1968, elle enseigne en Guinée, au Ghana et au Sénégal. En 1975, elle passe un doctorat de lettres à la Sorbonne. Ses voyages servent de toile de fond au roman Hérémakhonon (1976), dont l'héroïne est une jeune femme antillaise en quête de ses racines. Une saison à Rihata (1981) a pour cadre une ville africaine à la fin du xxe siècle. La grande saga africaine Ségou, qui compte deux tomes (Ségou : Les murailles de terre, 1984 ; Ségou : La terre en miettes, 1985), est son best-seller. Maryse Condé y retrace le destin d'une famille de nobles bambara de 1797 à 1860 au sein du royaume historique de Ségou, dans l'actuel Mali, déchiré par la traite des esclaves, l'islam, le christianisme et la colonisation. Moi, Tituba, sorcière noire de Salem (1986) est inspiré de l'histoire d'une esclave jugée pour sorcellerie à Salem. À partir de 1986, Maryse Condé vit entre New York (elle enseigne à Columbia de 1985 à 2002) et la Guadeloupe, où se situe l'action de La Vie scélérate (1987). Parmi ses derniers romans, citons La Colonie du Nouveau Monde (1993), La Migration des cœurs (1995) et Desirada (1997), La Belle Créole (2001), Histoire de la femme cannibale (2003), ou encore Le Fabuleux et Triste Destin d’Ivan et d’Ivana (2017). Elle écrit également des pièces de théâtre, des livres pour enfants et des essais sur la littérature (La Vie sans fards, 2012) et la politique.

En janvier 2004, elle a présidé le Comité pour la mémoire de l’esclavage, en vue de l’application de la loi Taubira qui, en 2001, a reconnu la traite négrière et l’esclavage comme crimes contre l’humanité.

Le 9 décembre 2018, elle a reçu à Stockholm le « prix Nobel alternatif de littérature », décerné par la Nouvelle Académie.

—  Universalis

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Classification

Autres références

«  CONDÉ MARYSE (1937- )  » est également traité dans :

CARAÏBES - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Claude FELL, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Oruno D. LARA
  •  • 15 818 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La littérature en Guadeloupe et en Martinique »  : […] À l'inverse d'Haïti, les Antilles françaises ont longtemps connu un désespérant vide culturel. Peu de livres, peu de librairies, peu de bibliothèques. On allait en France poursuivre ses études. Beaucoup d'intellectuels antillais (du poète Léonard au romancier naturaliste Léon Hennique) se sont exilés en Europe, ne gardant au mieux qu'une vague nostalgie de leurs origines créoles. Les premiers essa […] Lire la suite

FRANCOPHONES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Marc MOURA
  •  • 7 233 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Quelle identité culturelle ? »  : […] Hors d’Europe, les littératures francophones relèvent de la « francophonie d’implantation » issue de l’expansion coloniale de la France ou appartenant à des zones de rayonnement culturel. Pour ces littératures en contact avec une ou plusieurs autres littératures écrites dans un ou plusieurs autres idiomes, le questionnement identitaire et linguistique est au cœur de la création, d’autant que les d […] Lire la suite

Pour citer l’article

« CONDÉ MARYSE (1937- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/maryse-conde/