MARCHÉS DE DROITS À POLLUER

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un marché de droits à polluer, encore appelé marché de permis négociables, est un instrument économique de politique environnementale qui vise à limiter le niveau global de rejets polluants en répartissant les coûts à supporter pour respecter cette contrainte de manière efficace.

L'idée de marché de permis négociables est née à la fin des années 1960, à la suite des travaux de Ronald Coase (Prix Nobel d'économie en 1991) sur les effets externes et de John Dales sur les droits de propriété pour l'usage de biens environnementaux. Cette idée fut partiellement expérimentée quelques années plus tard, aux États-Unis, sous la forme de dispositifs permettant la réaffectation entre entreprises de limites d'émissions de gaz polluants. Mais ce n'est qu'à partir de la fin des années 1980 que de véritables marchés de permis négociables sont mis en place, dans le cadre de la politique américaine de lutte contre la pollution atmosphérique. Le plus important a été développé à partir de 1995, dans le cadre du programme concernant les pluies acides (Acid Rain Program), pour réduire les émissions de dioxyde de soufre (SO2) des centrales de production d'électricité. Ce polluant atmosphérique acidifie les eaux de pluies, ce qui entraîne le dépérissement des forêts, l'érosion des matériaux et l'acidification des sols et des eaux douces. L'objectif de ce marché était de parvenir à réduire significativement les émissions de SO2 des centrales électriques situées sur le territoire américain.

L'Union européenne a également choisi cet instrument afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre (G.E.S.) d'industries grandes consommatrices d'énergie (sidérurgie, cimenterie, papeterie, production d'électricité, etc.), dans le cadre de son programme de lutte contre le changement climatique. Le système communautaire d'échange de permis d'émissions de G.E.S. a débuté en 2005 et couvre plus de 10 000 installations localisées dans les pays membres de l'Union et qui sont à l’origine de près de 40 p. 100 de leurs émissions de G.E.S. Quel que soit le polluant couvert, les principes de fonctionnement d’un système de permis négociables restent les mêmes. Dans un premier temps, les autorités publiques choisissent la quantité globale de rejets polluants qu'elles autorisent sur un territoire et une période donnés, et créent une quantité équivalente de permis qu'elles distribuent, gratuitement ou non, aux entités polluantes implantées sur ce territoire. Ces dernières ont alors l'obligation de posséder une quantité de permis suffisante pour couvrir leurs rejets polluants.

L'originalité du dispositif, le marché proprement dit, vient de la possibilité pour les acteurs concernés de s'échanger les permis. De ces échanges résulte un prix de marché qui confère à la pollution un coût d'opportunité (manque à gagner) ou un coût direct, selon que les permis ont été distribués gratuitement ou non : dans le premier cas, lorsqu'une entreprise utilise ses permis pour couvrir ses rejets polluants, elle se prive de la possibilité de les vendre sur le marché ; dans le second, elle supporte directement un coût en devant acheter des permis lorsqu'elle pollue. Les entreprises comparent alors les coûts qu'elles supporteraient si elles diminuaient leur pollution (en développant ou en adoptant de nouvelles technologies moins polluantes, en réduisant leur production, etc.) aux revenus qu'elles percevraient si elles vendaient les permis que la baisse des rejets a libérés ou aux économies qu'elles réaliseraient en évitant de devoir acheter de nouveaux permis. Pour les entreprises dont les coûts de dépollution sont faibles, il est intéressant de réduire les rejets polluants et de vendre les permis non utilisés. À l'inverse, celles qui supportent des coûts élevés préfèrent acheter sur le marché les permis qui leur manquent. Ainsi, chaque entreprise choisit individuellement le moyen le moins coûteux de respecter la contrainte environnementale qui lui est imposée, ce qui permet de minimiser le coût global de la politique.

Dans les deux régions, Union européenne et États-Unis, l'instrument a démontré sa capacité à limiter les émissions polluantes de façon absolue, ce que permet plus difficilement de faire une taxe. Néanmoins, les deux systèmes connaissent des niveaux de prix des permis trop faibles pour inciter les entreprises à investir dans des technologies qui permettent [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Autres références

«  MARCHÉS DE DROITS À POLLUER  » est également traité dans :

COÛT SOCIAL

  • Écrit par 
  • Xavier GREFFE
  •  • 4 114 mots

Dans le chapitre « Le théorème de Coase est-il valide ? »  : […] Auparavant, on peut se demander si le théorème de Coase mérite l'attention et la fiabilité qui lui ont été prêtées. Rien n'est moins sûr. Considérons la première version du théorème, celle où le libre échange des droits de propriété suffirait à régler le problème du coût social. Kenneth J.  Arrow a montré, dès 1969, qu'un tel marché ne pouvait fonctionner de manière correcte, et qu'il déboucherait […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2006 : symphonie de croissances

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 2 855 mots

Dans le chapitre « La finance du carbone  »  : […] Le climat particulièrement tempéré en 2006 a ravivé le débat sur l'impact économique du réchauffement climatique et sur les mesures à mettre en œuvre pour préserver l'environnement. La publication au Royaume-Uni du rapport de sir Nicholas Stern a notamment attiré l'attention sur le coût économique potentiellement gigantesque du changement climatique. À la suite des engagements pris par différent […] Lire la suite

ÉCOTAXE

  • Écrit par 
  • Franck-Dominique VIVIEN
  •  • 2 344 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Perspectives historiques de l'écotaxe »  : […] Les écotaxes ne sont pas des instruments nouveaux. En France, la taxe d'enlèvement des ordures est instaurée en 1926, la taxe intérieure sur les produits pétroliers en 1928... Cependant, une évolution importante se fait jour avec la mise en œuvre de la première génération de politiques d'environnement au cours des années 1960 et au début des années 1970. En témoigne la diffusion par l'Organisatio […] Lire la suite

ENVIRONNEMENT ÉCONOMIE DE L'

  • Écrit par 
  • Sylvie FAUCHEUX
  •  • 6 153 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les instruments économiques »  : […] La taxation, solution pigovienne, consiste, comme nous l'avons vu, à faire payer par l'agent émetteur de la déséconomie externe une taxe égale au montant de cette déséconomie. Cette taxe est censée conduire à la réduction spontanée de la quantité produite et donc de la dégradation environnementale. La taxation peut aussi être associée à la mise en place de dispositifs antipollution. L'agent pollue […] Lire la suite

EXTERNALITÉ, économie

  • Écrit par 
  • Dominique HENRIET
  •  • 1 767 mots

Dans le chapitre « Comment « internaliser » les externalités ? »  : […] Les instruments à la disposition des pouvoirs publics pour diminuer les inefficacités dues aux externalités peuvent être classés en trois catégories : la réglementation, les incitations économiques et la création de marchés. Ces différents instruments ont pour objectif commun d'augmenter l'efficacité des décisions en conduisant l'émetteur à tenir compte de tous les effets dans son calcul économiq […] Lire la suite

INTERVENTION DE L'ÉTAT, économie

  • Écrit par 
  • Dominique HENRIET, 
  • André PIETTRE
  •  • 10 782 mots

Dans le chapitre « Marchés de droits à polluer »  : […] Pour les problèmes de pollution, les deux solutions précédentes correspondent en fait à une répartition implicite des droits de propriété initiaux sur l'environnement. Émettre une taxe, c'est faire payer au pollueur un droit d'usage de l'environnement qui donc, implicitement, appartient pleinement au contribuable. Subventionner la dépollution c'est, au contraire, acheter le droit, au pollueur, d'a […] Lire la suite

Pour citer l’article

Stéphanie MONJON, « MARCHÉS DE DROITS À POLLUER », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marches-de-droits-a-polluer/