Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MANGBETU

D'origine mal connue, les Mangbetu parlent une langue soudanaise, et le clan biti auquel appartient la famille royale est venu à la fin du xviiie siècle du haut Ituri au sud-ouest du lac Albert. Le pays mangbetu se trouve dans la région nord-orientale de la République démocratique du Congo, de part et d'autre du Bomokandi, affluent de l'Uele ; peu étendu ; il ne dépasse pas 140 kilomètres de l'est à l'ouest et 100 kilomètres du sud au nord. Autrefois beaucoup plus vaste, le royaume fut porté à son apogée politique et culturel par Nabiembali, qui régna de 1815 à 1860 et fut un grand organisateur. Afin de faciliter l'assimilation des peuples vaincus, Nabiembali établit une politique familiale de type national : il laissait le chef en place mais épousait aussitôt une fille de sa famille. Les fils nés de ces unions (il en eut plus de soixante) étaient élevés auprès du roi (éduqués selon les coutumes et dans la langue des Mangbetu) et destinés à prendre la tête de la tribu dont leur mère était originaire. Après la mort de Nabiembali, des querelles de succession et l'intervention des négriers arabes déchirèrent et appauvrirent le pays jusqu'à l'occupation du Congo par les Belges en 1885.

Cependant le prestige de la dynastie de Nabiembali lui survivra partout, et l'influence mangbetu continuera de s'affirmer dans les mœurs et les arts. En 1869, l'explorateur allemand Schweinfurth, décrivant la cour de Bunza, petit-fils de Nabiembali, à Nangazizi, admirera par-dessus tout les bâtiments du palais atteignant des dimensions exceptionnelles : 50 mètres de longueur, 20 mètres de largeur, 16 mètres de hauteur. Les Mangbetu étaient particulièrement renommés pour leur art de bâtir et leur habileté à forger.

— Alfred FIERRO

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : archiviste-paléographe, conservateur à la Bibliothèque nationale

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

    • Écrit par Claire BOULLIER, Geneviève CALAME-GRIAULE, Michèle COQUET, Universalis, François NEYT
    • 15 151 mots
    • 2 médias
    ...princiers repris par les Azande. Ces derniers produisaient également des figurines de divination aux structures schématiques, d'une beauté archaïque. Les Mangbetu ont créé des harpes à cinq cordes au chevillier anthropomorphe, de grands tambours zoomorphes, des trompes royales et des xylophones. De...
  • AFRIQUE NOIRE (Arts) - Histoire et traditions

    • Écrit par Jean DEVISSE, Universalis, Francis GEUS, Louis PERROIS, Jean POLET
    • 6 689 mots
    ...Nigeria et au Togo actuels, autour d'ateliers individuels qui, en l'absence de commandes officielles, répondent à la demande de mécènes. Au nord-est de la République démocratique du Congo, les Mangbetu, sur des thèmes de cour – instruments de musique, sièges, ornements, poterie décorative...

Voir aussi