MAL DES MONTAGNES ou MALADIE DE L'ALTITUDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mal des montagnes est une réaction brutale au changement d'altitude lorsqu'on part d'une basse altitude pour atteindre une altitude de l'ordre de 2 400 mètres. Dans cette situation, l'organisme est sevré d'oxygène, du fait de la raréfaction de l'air en fonction de l'altitude. Les alpinistes, les pilotes d'engins volants, les habitants de régions d'altitude en sont ordinairement affectés.

Les symptômes des malaises que provoque l'altitude sont classés en quatre catégories :

 symptômes respiratoires : respiration plus profonde, plus rapide, souffle court à l'effort ;

– troubles psychomoteurs : fatigue, faiblesse, lassitude, céphalée, insomnie, diminution de la vigilance, défaut de coordination des mouvements, défaillance visuelle ou auditive ;

– anomalies cardiaques : palpitations, troubles du rythme des contractions du cœur, douleurs thoraciques ;

– symptômes gastro-intestinaux tels que nausées et vomissements.

Ces symptômes apparaissent habituellement à partir de la sixième heure et jusqu'au quatrième jour de présence en haute altitude, et ils disparaissent en deux à cinq jours en raison de l'acclimatation du sujet à son environnement.

Bien que la plupart des gens puissent s'habituer à la pression atmosphérique plus faible des altitudes élevées, quelques personnes réagissent mal, ce qui met leur vie en danger si elles ne redescendent pas.

En altitude, l'air est raréfié et la quantité d'oxygène qu'on peut respirer diminue, ce qui entraîne, dans les alvéoles pulmonaires, une diminution de la pression partielle d'oxygène réduisant ainsi la quantité que peuvent absorber les globules rouges qui apportent cet oxygène aux tissus : les symptômes qui caractérisent le mal des montagnes résultent donc de l'appauvrissement du sang artériel en oxygène.

La protection la plus sûre contre les malaises liés à l'altitude quand on voyage en avion réside dans la pressurisation de la cabine de l'appareil. Les alpinistes, eux, se munissent d'un container renfermant de l'ai [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Classification


Autres références

«  MAL DES MONTAGNES ou MALADIE DE L'ALTITUDE  » est également traité dans :

BERT PAUL (1833-1886)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 554 mots
  •  • 1 média

Licencié en droit (1856) et en sciences naturelles (1860), docteur en médecine, Paul Bert devient, en 1863, préparateur de Claude Bernard au Collège de France. En 1866-1867, il enseigne la zoologie et la physiologie à la faculté des sciences de Bordeaux. De retour à Paris l'année suivante, il remplace Flourens à la chaire de physiologie comparée au Muséum d'histoire naturelle. En 1869, il succède […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-bert/#i_92189

Pour citer l’article

« MAL DES MONTAGNES ou MALADIE DE L'ALTITUDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mal-des-montagnes-maladie-de-l-altitude/