DARWICH MAHMOUD (1941-2008)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un « lyrisme épique »

La tragédie du peuple palestinien marque également les deux recueils : C'est une chanson, c'est une chanson (1984), où le lyrisme exprimé avec finesse et musicalité atteint son paroxysme, et Plus rares sont les roses (1986), où le « Nous » domine la trame poétique. Ce second recueil, composé de poèmes en vers libres et de poèmes en prose relativement courts, exprime le voyage sans fin d'un peuple voué à l'exode. Beyrouth revient dans Mémoire pour l'oubli (1987), un ouvrage en prose où le poète relate ses souvenirs de la ville pendant le siège de 1982.

Mahmoud Darwich consacre à l'intifada palestinienne (1987) un ouvrage intitulé Gens de passage en quelques mots (1989), rédigé principalement en prose. Il y décrit un événement simple mais fortement significatif. « Une simple pierre » (hajar) montre aux Israéliens que leur présence dans les Territoires est une occupation, et révèle aux Palestiniens leur « extraordinaire secret, leur identité ». Les deux recueils : Je vois ce que je veux (1990) et Onze Astres sur l'épilogue andalou (1992), reprennent, certes, la symbolique de « la pierre » dans quelques poèmes, mais la dépassent largement vers « un lyrisme épique » plus expressif, où le poète concilie vie intime et interrogations existentielles sur « la place du Palestinien au monde ». Le siège de Ramallah (2002) inspirera le recueil-poème État de siège (2002) où le poète rappelle au combattant israélien, à travers l'évocation des scènes quotidiennes, les valeurs qui les unissent. Avec un style dépourvu de toute rhétorique classique, il interpelle ainsi les assiégeants : « Ceux qui sont debout devant nos portes, entrez / et prenez le café arabe avec nous / sentiriez-vous peut-être que vous êtes, comme nous, des êtres humains. »

Soucieux de libérer l'Histoire de son cadre spatio-temporel pour lui attribuer une expression humaine et pérenne, Mahmoud Darwich diversifie les thèmes sans renoncer à son lyrisme. Il écrit Pourquoi as-tu laissé le cheval à sa solitude ? (1995), une autobiographie où les souvenirs d'enfance se fondent totalement dans l'épopée [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur de littérature arabe moderne à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification


Autres références

«  DARWICH MAHMOUD (1941-2008)  » est également traité dans :

LA TERRE NOUS EST ÉTROITE (M. Darwich)

  • Écrit par 
  • Yves GONZALEZ-QUIJANO
  •  • 630 mots

Au-delà des lumières qu'elle jette sur l'œuvre du poète palestinien, la publication de La terre nous est étroite (2000) de Mahmoud Darwich (1941-2008) met en évidence les enjeux de la création poétique dans les lettres arabes au seuil du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-terre-nous-est-etroite/#i_94035

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 287 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'aventure de l'image »  : […] La valorisation, dont la poésie a fait l'objet au cours des siècles, peut expliquer qu'elle se détache plus tardivement des modes d'écriture antérieurs. Certes, il faut attendre la seconde moitié du xx e  siècle pour que la production poétique connaisse une remise en cause radicale de ses modes. Il n'en est cependant pas moins vrai que les évolut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabe-monde-litterature/#i_94035

Voir aussi

Pour citer l’article

Sobhi BOUSTANI, « DARWICH MAHMOUD - (1941-2008) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mahmoud-darwich/