MULRONEY BRIAN (1939- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique canadien, né le 20 mars 1939 à Baie-Comeau (Québec), Premier ministre de 1984 à 1993.

Martin Brian Mulroney, anglophone, parle parfaitement français. Il obtient une licence à l'université Saint-François-Xavier d'Antigonish (Nouvelle-Écosse) en 1959, puis un diplôme de droit à l'université Laval à Québec en 1962. En 1965, il commence à exercer ses compétences de juriste à Montréal et se spécialise dans le droit du travail. En 1974, il devient une célébrité locale en participant à la commission royale d'enquête sur la violence et la corruption sur les chantiers de construction au Québec (commission Cliche). Toujours actif en politique, il se présente en 1976 comme candidat à la tête du Parti progressiste-conservateur mais perd face à Joe Clark. En 1977, il est élu président de la compagnie minière I.O.C.

Lorsque Mulroney est enfin élu chef du Parti progressiste-conservateur en juin 1983, il n'a jamais occupé, ni ne s'est même présenté, à aucune fonction publique. Il offre cependant un nouveau visage venu du Québec francophone, où les Travaillistes sont traditionnellement minoritaires. Nommé Premier ministre en 1984 après la victoire écrasante des Conservateurs sur les Libéraux, il est confirmé dans ses fonctions en 1988.

Durant ses deux mandats, Mulroney tente d'établir une coopération bilatérale plus étroite avec les États-Unis. Il signe ainsi un accord de libre-échange avec ce partenaire commercial (entré en vigueur en janvier 1989) avant de signer en 1992 l'A.L.E.N.A, qui inclut également le Mexique. Il prend en outre, conjointement avec les États-Unis, des mesures visant à lutter contre les pluies acides en Amérique du Nord. Pendant les premières années de son gouvernement, le Canada connaît une forte croissance économique, un taux de création d'emploi élevé et une inflation maîtrisée. Son cabinet s'efforce de déréglementer les industries stratégiques et de réformer l'impôt, en introduisant par exemple une lourde taxe fédérale controversée sur les produits et services (T.P.S.) en 1991.

Le succès politique de Mulroney repose en partie sur la création d'une coalition entre nationalistes québécois et conservateurs des provinces occidentales. Ses deux mandats seront par ailleurs marqués par ses efforts constants en vue de sceller l'unité du pays tout en reconnaissant que le Québec est une « société distincte » à l'intérieur du Canada. En 1987, il négocie ainsi l'accord constitutionnel du lac Meech, mais ne parvient pas à le faire ratifier par les dix provinces canadiennes avant l'expiration du délai fixé en juin 1990. Il fait une nouvelle tentative avec l'accord de Charlottetown en 1992. Ce dernier, accepté par les représentants de toutes les provinces, est néanmoins rejeté par un référendum populaire quelques mois plus tard. C'est le coup fatal. Au début de l'année 1993, Mulroney annonce qu'il se retire de la vie politique. La ministre fédérale de la Défense Kim Campbell lui succède à la tête du parti et au poste de Premier ministre en juin 1993.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  MULRONEY BRIAN (1939- )  » est également traité dans :

AMÉRIQUE DU NORD BRITANNIQUE ACTE DE L'

  • Écrit par 
  • Roland MARX, 
  • Maurice OLLIVIER
  •  • 3 445 mots

Dans le chapitre « Évolution de la Constitution »  : […] La Constitution du Canada a de plus en plus ressemblé à un compromis que la province francophone du Québec considérait comme un mal à réformer d'urgence. Le 20 mai 1980, pourtant, le gouvernement du Parti québécois de René Lévesque, alors dominé par les indépendantistes modérés, échoue à faire triompher son référendum sur la « souveraineté-association » : celle-ci aurait conféré au Québec, après […] Lire la suite

CANADA - Histoire et politique

  • Écrit par 
  • Michel BRUNET, 
  • Alain NOËL
  •  • 19 334 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « La fin du gouvernement Mulroney »  : […] En revanche, sur d’autres fronts, le gouvernement Mulroney fait des progrès. En 1991, il adopte la Taxe sur les produits et services (TPS), une taxe sur la valeur ajoutée controversée qui devient une source de revenus indispensable pour l’État fédéral, mais se révèle très impopulaire. Par ailleurs, dans la foulée de l’Accord de libre-échange de 1988, le Canada, les États-Unis et le Mexique entamen […] Lire la suite

Pour citer l’article

« MULRONEY BRIAN (1939- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/brian-mulroney/