LONDRES (JEUX OLYMPIQUES DE) [1948]Contexte, organisation, bilan

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Juste avant l'ouverture des Jeux de Berlin qui vont donner lieu à la plus grande mascarade de l'histoire olympique, le C.I.O. tient sa trente-cinquième session dans la capitale du Reich. Du 29 au 31 juillet 1936, le Comité se réunit dans les locaux de l'université Friedrich-Wilhelm, la désignation de la ville d'accueil des jeux Olympiques de 1940 étant à l'ordre du jour. Deux cités sont candidates : Helsinki et T̄okȳo.

Certes, les Jeux de Berlin ne sont pas encore déclarés ouverts, mais aucune des personnalités présentes ne peut ignorer que les nazis ont déjà annexé les Jeux pour en faire un magnifique instrument de propagande à la gloire de leur régime nauséabond. Pour tenter – si c'est encore possible – de redonner un peu de fraîcheur au mouvement olympique dans un monde où les tensions s'exacerbent, le choix d'Helsinki paraît s'imposer : la Finlande semble alors un havre de paix, et ce pays où le sport tient une place importante a grandement contribué, au fil des éditions, au succès des Jeux par les exploits de ses athlètes. La solution nordique apparaît d'autant plus évidente que le Japon a envahi en 1931 la Mandchourie, province chinoise rebaptisée Mandchoukouo par les Nippons qui la contrôlent militairement. Mais, depuis sa création en 1894, le C.I.O. a avalé moult couleuvres, et l'expansionnisme japonais ne semble pas trop préoccuper les « cardinaux ». En outre, en organisant les Jeux avec faste, le Japon souhaite célébrer le deux mille six centième anniversaire de la fondation de l'Empire par Jimmu Tennō. Le dogme olympique – on ne mélange pas sport et politique – se confirme : les Jeux de 1940 sont confiés à Tōkyō, par trente-six voix contre vingt-sept.

Mais, le 8 juillet 1937, le Japon entame la seconde phase de l'invasion de la Chine : Pékin tombe aux mains de l'armée nippone dès le 7 août, Shanghai est prise le 26 novembre, Nankin le 10 décembre. Dès lors, les protestations internationales se multiplient, mais le C.I.O. reste sourd à toutes. Ainsi, l'Américain [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « LONDRES (JEUX OLYMPIQUES DE) [1948] - Contexte, organisation, bilan », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/londres-jeux-olympiques-de-1948-contexte-organisation-bilan/