LOIS DE PROGRAMME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Apparues sous la IIIe République afin de permettre la réalisation d'investissements de grande ampleur, les lois de programme sont destinées à étendre les perspectives financières de l'État au-delà du cadre annuel.

Jusqu'en 1959, on considérait que le vote d'une loi de programme par le Parlement entraînait l'ouverture de crédits d'engagement au profit du gouvernement. Ce système, qui paraissait parfaitement adapté à l'exécution du plan puisqu'il garantissait que des crédits seraient disponibles au cours de chacune des années de réalisation du plan, présentait un certain nombre d'inconvénients. Du fait de son caractère automatique, il liait les pouvoirs publics et conduisait à bloquer la politique d'investissement de l'État. C'est pourquoi l'ordonnance du 2 janvier 1959 a mis fin à cette pratique en retirant leur caractère obligatoire aux lois de programme, qui ont pu être définies par un ancien directeur du Budget comme « des déclarations d'intention commune du gouvernement et du Parlement sur la politique d'investissement dans un secteur déterminé au cours des prochaines années ». Cependant, si le vote d'une loi de programme n'entraîne pas en droit l'ouverture obligatoire de crédits d'engagement, politiquement le gouvernement et le Parlement ne peuvent, sans difficulté, se déjuger et méconnaître l'engagement qu'ils ont pris d'inscrire dans les budgets futurs et d'adapter les autorisations de programme nécessaires à la mise en œuvre des opérations visées par les lois de programme. La pratique des lois de programme, qui avait connu un certain développement au début de la Ve République, s'est raréfiée et aujourd'hui ces lois n'intéressent que certains secteurs : équipements militaires, équipements sportifs et socio-éducatifs.

—  Jean-Claude MAITROT

Écrit par :

Classification

Les derniers événements

2-28 mai 1997 • France • Victoire de l'opposition de gauche au premier tour des élections législatives.

». Le document prévoit expressément la suppression des lois Pasqua-Debré relatives à l'immigration. Concernant la construction européenne, le programme socialiste pose quatre conditions à l'union monétaire : la participation de tous les grands pays européens, notamment l'Italie et l'Espagne ; l'établissement [...] Lire la suite

21-29 avril 1997 • France • Dissolution de l'Assemblée nationale.

de « capitalisme dur », plutôt que de] « reconstruire l'équilibre économique et social français dans l'engagement européen? » Le 22, dans un discours-programme prononcé devant les élus de la majorité, Alain Juppé annonce la poursuite de la politique engagée par le gouvernement en refusant tout « tournant [...] Lire la suite

9 octobre - 30 novembre 1994 • Autriche • Fort recul de la coalition sortante au Parlement.

Le 9, la coalition sortante, au pouvoir depuis janvier 1987, enregistre un recul lors des élections législatives tout en conservant la majorité absolue au Parlement. Elle perd toutefois la majorité des deux tiers nécessaire pour faire adopter les lois constitutionnelles, dont la ratification [...] Lire la suite

8-25 avril 1986 • France • Vote de confiance du Parlement sur le programme de Jacques Chirac

nommé, mais qui n'est pas le sien. Il demande en particulier au Premier ministre de ne pas « réduire à l'excès la délibération des Assemblées ». Le 9, Jacques Chirac expose, dans sa déclaration de politique générale, le programme de son gouvernement. Axant toute son action économique sur la lutte [...] Lire la suite

11-23 juin 1984 • Liban • Investiture du gouvernement Karamé et nouveau plan de sécurité pour Beyrouth

Le 11, en raison d'affrontements entre milices rivales, de très violents bombardements atteignent les quartiers est et ouest de Beyrouth : au moins cent vingt personnes sont tuées et trois cents blessées. Ces combats ont lieu pour faire pression sur les députés qui débattent sur le programme [...] Lire la suite

1er-24 décembre 1983 • Turquie • Entrée en fonctions du gouvernement Özal

est d'examiner les lois importantes, assistera le général Evren, président de la République jusqu'en 1989. Le 13, le Premier ministre vainqueur des élections du 6 novembre, Turgut Ozal, rend publique la composition de son gouvernement. Tous les membres (21 ministres), partisans d'une politique libérale [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Claude MAITROT, « LOIS DE PROGRAMME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lois-de-programme/