LIQUIDITÉ MONÉTAIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La liquidité monétaire de l'économie

La liquidité monétaire de l'économie est mesurée par un rapport V défini comme le produit national brut (P.N.B.) sur la masse monétaire (M), et que l'on appelle la « vitesse-revenu » de la monnaie. Si elle est élevée, l'économie est peu liquide et utilise intensément ses actifs monétaires (et inversement).

La « vitesse-revenu » V de la monnaie augmente si le taux de croissance du P.N.B. est supérieur à celui de M. On peut poser, d'une part, que l'encaisse monétaire se ventile en M1, somme d'actifs de paiement, et M2, somme d'actifs de placement, et, d'autre part, qu'il y a une relation de stricte proportionnalité entre M1, encaisse de transaction, et le P.N.B. Donc, la hausse de V implique que M1 croît plus vite que M, qu'il y a déthésaurisation et baisse de la préférence pour la monnaie. Inversement, un ralentissement de V correspond à un taux de croissance du P.N.B. et de M1 inférieur à celui de M. Alors, M2 se développe plus vite et la monnaie est plus détenue en « portefeuille » qu'antérieurement. Ainsi, l'inverse de V est une mesure très précise de la position de liquidité monétaire de la collectivité.

L'évolution de cette vitesse obéit, d'ailleurs, à la logique des choix sus énoncée. Elle diminue lorsque les agents économiques vivent une phase conjoncturelle d'enrichissement réel dans la stabilité des prix. Alors, dans tous les pays développés, la masse de la monnaie, comme celle des titres, croît plus vite que le revenu global. La « vitesse-revenu » s'accélère en période de hausse des prix et du taux d'intérêt, puisque la monnaie, actif à prix constant, connaît une dépréciation relative. Les agents économiques souhaitent alors la convertir en actifs se revalorisant. Mais si ce désir peut être satisfait au plan individuel, il ne peut l'être au plan collectif. La monnaie existante doit nécessairement être détenue en caisse. La seule possibilité de ses possesseurs est de la faire circuler très vite. Cette accélération résulte de la seule conversion de M2 en M1 qui leur est permise et de l'activation de leurs encaisses oisives. [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des sciences économiques de l'université de Poitiers

Classification

Autres références

«  LIQUIDITÉ MONÉTAIRE  » est également traité dans :

BANK RUNS, DEPOSIT INSURANCE, AND LIQUIDITY, D. Diamond et P. Dybvig - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jézabel COUPPEY
  •  • 1 132 mots

Dans le chapitre « Service de liquidité et fragilité intrinsèque des banques »  : […] Les déposants confient aux banques des fonds que celles-ci investissent dans des projets d'investissement à long terme. Le service de liquidité inscrit dans le contrat de dépôts assure les déposants de pouvoir récupérer leurs fonds dès qu'ils en auront besoin pour consommer. Paradoxalement, c'est l'investissement des fonds à long terme (engendrant un rendement supérieur à celui d'un investissemen […] Lire la suite

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE (BCE)

  • Écrit par 
  • Jézabel COUPPEY
  •  • 1 122 mots

La Banque centrale européenne (B.C.E.) est entrée en fonction le 1 er  juillet 1998, quelques mois avant l'ultime phase de l'union monétaire (la troisième phase de l'Union économique et monétaire selon le traité sur l'Union européenne signé à Maastricht en 1992), marquée par le basculement à l'euro des marchés financiers et la mise en œuvre de la politique monétaire unique. Ce n'est d'ailleurs qu' […] Lire la suite

BANQUE - La crise des subprimes et le système bancaire

  • Écrit par 
  • Paul LAGNEAU-YMONET, 
  • Angelo RIVA
  •  • 2 874 mots

Dans le chapitre « La politique accommodante de la Réserve fédérale »  : […] De la résolution des krachs boursiers de 1987 et de 2001 au financement des « déséquilibres globaux » en passant par le surcroît de crédits souscrits par les ménages américains, on retrouve à chaque fois la politique monétaire du président de la Réserve fédérale des États-Unis, Alan Greenspan. Pour le banquier central, si les pouvoirs publics ne peuvent pas éviter les crises, ils devraient en rev […] Lire la suite

BANQUES CENTRALES

  • Écrit par 
  • Sylvie DIATKINE
  •  • 6 873 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des opérations spécifiques »  : […] La banque centrale a toujours effectué des opérations spécifiques afin de remplir son rôle. Elle émet deux types de monnaie (qui sont une dette pour elle et figurent donc au passif de son bilan) : les billets, pour lesquels elle a un monopole (mais qui ne représentent plus qu'une faible proportion de la masse monétaire au sens strict) ; la monnaie scripturale, qui circule entre les intermédiaires […] Lire la suite

BOURSE - Marchés de valeurs mobilières

  • Écrit par 
  • Daniel GOYEAU, 
  • Amine TARAZI
  •  • 8 114 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La logique de fonctionnement des marchés financiers »  : […] On peut dénombrer cinq fonctions principales des marchés financiers. – Mobiliser l'épargne . Une double concordance serait nécessaire pour qu'une relation directe puisse s'établir entre un agent à besoin de financement et un agent à capacité de financement : une concordance de montant, et une concordance de durée. En pratique, cette double concordance apparaît impossible. En effet, tout d'abord, l […] Lire la suite

BOURSE - Microstructure des marchés financiers

  • Écrit par 
  • Laurence LESCOURRET, 
  • Séverine VANDELANOITE
  •  • 5 865 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Liquidité et enjeux contemporains de la microstructure des marchés financiers »  : […] La liquidité est une des qualités les plus importantes d'un marché. Concrètement, elle est souvent mesurée par la distance du prix de transaction au prix qui se situe au milieu de la fourchette de marché. Mais il n’existe pas de mesure universelle de liquidité, rendant le concept difficile à appréhender. Les autorités monétaires et de surveillance des marchés sont très attentives à cette notion d […] Lire la suite

CRISES FINANCIÈRES - Instabilité financière

  • Écrit par 
  • Dominique PLIHON
  •  • 7 126 mots

Dans le chapitre « Paniques bancaires et crise financière »  : […] Pour les économistes de l'école « monétariste », conduite par Milton Friedman, les crises bancaires sont la principale forme de crise financière. Les banques sont en effet des institutions vulnérables : si les déposants perdent confiance dans leur banque, ils demanderont à être remboursés. Pour satisfaire ces demandes de retraits, la banque vend ses actifs, en commençant par les actifs liquides. […] Lire la suite

CRISES FINANCIÈRES - Krachs boursiers

  • Écrit par 
  • Christophe BOUCHER
  •  • 4 280 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Krach boursier et économie réelle »  : […] Quelle que soit l'origine de la crise, une réduction importante ou durable des cours boursiers exerce une influence sur l'activité économique. Il existe plusieurs canaux de transmission par lesquels l'évolution du marché boursier affecte l'économie réelle : – l'« effet richesse », par lequel l’évolution des prix des actifs influence la valeur du patrimoine des ménages et leur consommation : un mén […] Lire la suite

DOLLAR

  • Écrit par 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 11 210 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le système bancaire national »  : […] Pendant la guerre civile, les besoins de financement du Trésor sont réglés par l'emprunt ; il faut placer la dette publique auprès des banques. Pour mettre un terme aux errances des banques à charte d'État et des banques libres, une agence fédérale de coordination l'Office of the Comptroller of the Currency (O.C.C., 1863 ) , c'est-à-dire le Bureau du contrôleur de la monnaie, tente de fonder l'ém […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Keynésianisme

  • Écrit par 
  • Olivier BROSSARD
  •  • 8 210 mots

Dans le chapitre « Fondements d'une macroéconomie monétaire »  : […] Puisque l'investissement dépend très largement du taux d'intérêt, la sphère monétaire et financière devient centrale dans l'analyse des déterminants de l'emploi et de la production. C'est en cela que la Théorie générale fonde une macroéconomie monétaire en totale rupture avec la dichotomie néo-classique. Alors que, chez les prédécesseurs de Keynes, le marché de la monnaie ne servait qu'à détermi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

André CHAÎNEAU, « LIQUIDITÉ MONÉTAIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/liquidite-monetaire/