LIBERTÉ DE RÉUNION (France)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En France, depuis la loi du 19 novembre 1790 déclarant que les citoyens ont le droit de s'assembler paisiblement et de former entre eux des sociétés libres, de nombreuses restrictions – dont l'autorisation préalable – avaient été apportées à la faculté de se réunir, et la distinction entre association et réunion s'était brouillée. La loi du 6 juin 1868 distingue pour la première fois ces deux termes. Elle dispose que toute réunion peut se tenir, sans autorisation préalable, dès lors que l'on n'y traite pas de questions religieuses ou politiques. Cette loi résulte, en fait, de la volonté exprimée par Napoléon III de régler de manière législative le droit de réunion pour favoriser le développement des sociétés coopératives. Elle est assortie de prescriptions qui seront différemment formulées sous la IIIe République : la loi du 30 mai 1881, établissant dans sa plénitude le droit en question, oblige encore à une déclaration faite vingt-quatre heures avant la réunion – cette contrainte fut abrogée par la loi du 28 mars 1907 qui avait en vue la réunion des fidèles dans les églises.

—  Bernard VALADE

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-V-Sorbonne, secrétaire général de L'Année sociologique

Classification

Les derniers événements

Suisse. Lutte contre l’épidémie de Covid-19. 5-20 mars 2020

des crédits de 32 milliards de francs suisses au profit des entreprises et des indépendants, en plus des 10 milliards déjà attribués au traitement de la crise une semaine plus tôt. Il restreint encore la liberté de réunion en interdisant les rassemblements de plus de cinq personnes. […] Lire la suite

France. Condamnation par des instances internationales de l’usage de la force. 14 février - 6 mars 2019

adaptées aux situations dans lesquelles elles ont été employées ». Dunja Mijatović s’inquiète également des « restrictions excessives à la liberté de réunion pacifique » contenues dans la proposition de loi « anticasseurs » en cours d’examen au Parlement français. Le 6 mars, la Haute-Commissaire aux […] Lire la suite

Turquie – Allemagne – Pays-Bas. Mise en cause de Berlin et La Haye par Ankara. 5-28 mars 2017

, le président Erdogan déclare, au sujet des événements de la veille à Rotterdam : « Le nazisme est encore très répandu en Occident. » Le même jour, Mevlut Çavuşoğlu est autorisé à participer à une réunion électorale à Metz, en France. Mais, au cours du mois, d’autres municipalités, en Suisse […] Lire la suite

France – Chine. Annulation du sommet sino-européen. 13 novembre - 8 décembre 2008

, en Pologne, le 6 décembre. Il ajoute que « les Tibétains n'ont pas à souffrir de la répression et ont le droit à la liberté ». Le chef de l'État français avait renoncé à rencontrer le chef spirituel des Tibétains lorsque celui-ci s'était rendu en France au mois d'août, au moment où Pékin accueillait […] Lire la suite

Irak – O.N.U. Poursuite des inspections et préparation d'une intervention américaine. 10-30 janvier 2003

de sécurité, que « rien ne justifie aujourd'hui d'envisager une action militaire » en Irak, dénonçant l'« aventure » dans laquelle s'engagent les États-Unis. La France menace implicitement d'utiliser son droit de veto au Conseil pour faire obstacle à une résolution américaine autorisant l'emploi […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard VALADE, « LIBERTÉ DE RÉUNION (France) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/liberte-de-reunion/