LES THIBAULT, Roger Martin du GardFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Roger Martin du Gard (1881-1958), Prix Nobel de littérature en 1937, souffre aujourd'hui d'une relative désaffection, due sans doute à la situation charnière qu'il occupe entre le xixe et le xxe siècle. Malgré son amitié avec André Gide (1869-1951) et sa participation à La Nouvelle Revue française, Roger Martin du Gard doit beaucoup au positivisme d'Auguste Comte (1798-1857), à la rationalité scientifique de Claude Bernard (1813-1878) et à la méthode historique de Taine (1828-1893). De sa formation de chartiste rompu à l'étude des sources, Roger Martin du Gard a conservé une rigoureuse méthode de composition, toujours étayée au préalable par l'élaboration de fiches documentées et d'une architecture planifiée

Cette méthode sous-tend son œuvre maîtresse, Les Thibault, publiée chez Gallimard de 1922 à 1937 en huit livres et habitée par un seul héros « positif », Antoine Thibaut, jeune médecin, découvrant peu à peu que, dans un univers déserté par la transcendance, l'homme n'a d'autre avenir que lui-même.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  LES THIBAULT, Roger Martin du Gard  » est également traité dans :

MARTIN DU GARD ROGER (1881-1958)

  • Écrit par 
  • Gaëtan PICON
  •  • 2 999 mots

Dans le chapitre « L'œuvre, ses registres et ses techniques »  : […] Il va de soi que tout n'y est pas également représentatif. L'œuvre dramatique est savoureuse, elle s'inscrit dans la tradition d'un naturalisme assez cru qui se souvient des fabliaux, mais elle n'a pas grande portée ( Un taciturne va plus loin, mais les préoccupations qu'il éclaire sont marginales dans l'ensemble). C'est sur le roman que l'auteur joue sa vraie partie. Mais Devenir , « mauvais rom […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

14-23 novembre 2007 • France • Mouvement de grève dans les transports publics.

publique. Le mouvement, très suivi, est reconductible à la S.N.C.F. et pour certains syndicats de la R.A.T.P., contrairement à celui du 18 octobre. La veille, toutefois, le secrétaire général de la C.G.T. Bernard Thibault, qui exigeait jusque-là des négociations globales avec l'État sur cette réforme, a [...] Lire la suite

6-24 mai 2003 • France • XVII<SUP DECV=" ">e</SUP> congrès du Parti socialiste.

de Franck Pupunat recueillent moins de 5 p. 100 des voix, ce qui ne leur permet pas d'être représentées dans les instances nationales. Du 16 au 18 se tient à Dijon le XVIIe congrès du P.S. La présence de Bernard Thibault, secrétaire général de la C.G.T., illustre la volonté [...] Lire la suite

5 février 1999 • France • Élection de Bernard Thibault au secrétariat général de la C.G.T.

Réuni depuis le 31 janvier à Strasbourg, le 46e congrès de la Confédération générale du travail (C.G.T.) élit Bernard Thibault au secrétariat général de la confédération, en remplacement de Louis Viannet. L'ancien secrétaire de la fédération des cheminots avait été la figure [...] Lire la suite

1er-23 janvier 1995 • Union européenne • Présidence française et entrée en fonctions de Jacques Santer.

, chargée de la recherche et de la formation, et Yves-Thibault de Silguy, chargé des questions économiques, monétaires et financières. Le 19, dans son discours d'adieu devant le Parlement, Jacques Delors, président de l'exécutif communautaire depuis janvier 1985, défend la compatibilité du fédéralisme institutionnel avec l'épanouissement des nations européennes.  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain CLERVAL, « LES THIBAULT, Roger Martin du Gard - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-thibault/