CINQ CENTS MILLIONS DE LA BÉGUM LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La fortune fabuleuse d'une princesse hindoue (il s'agit de 500 millions de francs-or des années 1878-1879) est partagée entre des légataires très différents : la famille Sarrasin, des Français généreux et idéalistes, et un Allemand, Schultze, habité d'une terrible volonté de puissance. Cinq ans après l'héritage, les Sarrasin, aidés de leur ami Bruckmann, ont construit dans l'Oregon, aux États-Unis, France-Ville, espace du bien-être et de la qualité de la vie. Herr Schultze a bâti Stahlstadt, la cité de l'acier, dont le but avoué est de détruire France-Ville et d'asservir le monde. Un énorme canon à longue portée menace la cité radieuse. Du Bien ou du Mal, qui l'emportera ?

À l'origine de ce roman, un scénario de Paschal Grousset, communard en exil et en difficulté, qui s'intitule L'Héritière de Langevol. Hetzel rachète le texte et Jules Verne remodèle le sujet de fond en comble, après un voyage en Europe du Nord où il a visité l'usine Krupp et observé les préparatifs de guerre de l'Empire austro-allemand. C'est le premier et le plus réussi des romans de politique-fiction de Jules Verne où l'on voit s'ébaucher l'image du savant fou de Face au drapeau (1896), celle encore du prisonnier d'aventuriers criminels, comme dans le roman posthume, L'Étonnante Aventure de la mission Barsac (1914). Il est publié dans Le Magasin d'éducation et de récréation du premier semestre de 1879 et paraît en volume à l'automne de la même année.

—  Marc SORIANO

Écrit par :

  • : docteur ès lettres et sciences humaines, professeur émérite à l'université de Paris-VII-Jussieu

Classification

Autres références

«  CINQ CENTS MILLIONS DE LA BÉGUM LES  » est également traité dans :

VERNE JULES (1828-1905)

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 2 459 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Anticipation et prospective »  : […] La grande idée de Verne, que Hetzel va l'aider à préciser et à mettre en forme, c'est celle d'écrire le « roman de la science », c'est-à-dire de remplacer le merveilleux des fées par un autre, celui de l'humanité pensante et surtout savante. L'idée n'est pas nouvelle. On la trouve dès le xvii e siècle, dans l'ironie de Perrault à l'égard de la magie, si sensible par exemple dans Cendrillon , et p […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc SORIANO, « CINQ CENTS MILLIONS DE LA BÉGUM LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-cinq-cents-millions-de-la-begum/