Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BRÉA LES

D'une famille établie à Nice depuis plusieurs générations, les Bréa furent trois peintres actifs entre le dernier quart du xve siècle et le milieu du xvie. Louis, le plus justement célèbre, est documenté de 1475 à 1523 ; son frère Antoine, de 1504 à 1516, collabore sans génie personnel avec lui et meurt en 1527 ; le fils de ce dernier, François, est cité de 1525 à 1555 et prolonge la manière familiale.

Les Bréa sont connus grâce aux recherches d'archives des érudits, notamment ligures, grâce à l'exposition des Primitifs niçois au musée Masséna de Nice en 1937 qui donna lieu à la publication d'articles par G. Borea (Bulletin des musées de France, juin 1937) et L. H. Labande (Gazette des beaux-arts, sept. et oct. 1937), grâce enfin au fait que certains retables ou éléments de retables sont abrités dans des musées ou des monuments renommés. Car les Bréa peignirent des tableaux de dévotion, tandis que les contemporains de Louis, Giovanni Baleison et Giovanni Canavesio, décoraient de cycles à fresque les chapelles de l'arrière-pays niçois et des vallées des Alpes du Sud. La période d'activité de Louis Bréa a correspondu à une époque de floraison picturale de qualité dans le triangle Nice-Gênes-Turin, sous la domination de la maison de Savoie. Louis semble avoir eu deux lieux principaux d'activité, Nice et Gênes, et s'être déplacé ou avoir expédié ses œuvres autour de ces deux foyers, vers Grasse, Les Arcs, Monaco, Lucéram, Lérins d'une part, Taggia, Vintimille, Montalto Ligure, Savone d'autre part. Ses commanditaires furent des ordres religieux comme les dominicains de Taggia près de San Remo, les franciscains de Vintimille, des prêtres comme Antoine Teste, curé de Monaco pour lequel il achève en 1505 la Pietà de la cathédrale de Monaco, des confréries de dévotion comme celle du Corpus Domini qui conclut en 1513 un prix-fait avec lui pour un retable de l'Annonciation destiné à sa chapelle en l'église des hospitaliers de Gênes, des particuliers enfin comme les Curli ou les Asdente qui possédaient des chapelles dans l'église des dominicains de Taggia. Louis Bréa s'est parfois associé à des peintres ligures pour une commande importante ; en 1490, il collabore avec le Lombard Vincenzo Foppa pour un retable à Santa Maria di Castello de Savone commandé par le cardinal Giuliano della Rovere. Ces contacts étroits et ces déplacements font que la culture de Louis Bréa est ouverte et variée et que les limitations et les archaïsmes, que l'on peut déceler dans ses œuvres, semblent imputables davantage aux exigences de commanditaires soucieux d'images traditionnelles qu'à un « primitivisme » du peintre. Les retables produits par Louis Bréa sont en effet encore compartimentés pour faire place à la représentation des divers saints protecteurs, pour exprimer la multiplicité des dévotions et des « garanties » dont sa clientèle aime à s'assurer. Composés de panneaux de bois, enrichis de moulurations tantôt d'un style gothique flamboyant, tantôt d'un style renaissant classicisant sans qu'il soit possible d'établir une véritable évolution, ils sont peints à l'huile, dans une technique moins minutieuse que celle des glacis à la flamande, par couches couvrantes de couleurs saturées. De l'école d'Avignon, Louis Bréa retient le dessin sévère qui isole les figures en grandes masses sculpturales, les contrastes nets de tonalités, l'immobilité sereine des personnages qui refusent d'engager le dialogue entre eux et de s'animer, en opposition frappante avec les œuvres pourtant contemporaines d'un Léonard de Vinci. Le triptyque de la Pietà entre Saint Martin partageant son manteau et Sainte Catherine d'Alexandrie du monastère franciscain de Nice-Cimiez est sa plus ancienne œuvre (signée[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Sèvres, maître de conférences en histoire de l'art des Temps modernes à l'université de Provence

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Voir aussi